Fermer

Le leader de l’opposition zimbabwéenne hospitalisé en Afrique du Sud

Par AFP

Le leader de l'opposition zimbabwéenne et candidat à la présidentielle de 2018, Morgan Tsvangirai, le 2 septembre 2017 à Bulawayo au Zimbabwe. © AFP / ZINYANGE AUNTONY

Le leader de l'opposition zimbabwéenne et candidat à la présidentielle de 2018, Morgan Tsvangirai, a été hospitalisé en urgence en Afrique du Sud, a-t-on appris samedi auprès de son parti, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

« Il est en Afrique du Sud pour des raisons médicales », a déclaré à l’AFP un responsable du MDC, qui a requis l’anonymat.

« Nous surveillons la situation. Ça va aller, il a simplement été surmené par le travail et sa santé s’est détériorée », a-t-il ajouté.

Morgan Tsvangirai, 65 ans, avait annoncé l’an dernier souffrir d’un cancer du colon et avoir entamé une chimiothérapie.

Selon le journal zimbabwéen indépendant News Day, le chef du MDC a été transporté en Afrique du Sud par avion vendredi matin. « Il était sous oxygène et vomissait beaucoup », a affirmé le quotidien samedi.

Morgan Tsvangirai est candidat à la présidentielle de 2018, après trois tentatives malheureuses contre le président Robert Mugabe, qui dirige le Zimbabwe d’une main de fer depuis l’indépendance en 1980.

Ce dernier briguera un nouveau mandat, en dépit de son âge avancé. A 93 ans, il est le plus vieux chef de l’État en exercice dans le monde.

En vue de la présidentielle et des législatives de 2018, Morgan Tsvangirai s’est réconcilié en août avec ses anciens compagnons de route, Welshman Ncube et Tendai Biti, pour former une alliance avec quatre partis d’opposition. Ces différentes formations se sont mises d’accord pour se ranger derrière Morgan Tsvangirai comme candidat à la présidentielle.

En 2008, le leader du MDC avait fait vaciller Robert Mugabe en remportant le premier tour du scrutin présidentiel. Mais il s’était retiré avant le second tour à cause des violences subies par ses partisans.

Il avait aussi perdu en 2002 et 2013, deux échecs imputables selon lui à la manipulation des scrutins.

Sous le régime autoritaire de Robert Mugabe, le Zimbabwe s’est considérablement appauvri et traverse aujourd’hui une grave crise économique. Le système de santé est en déliquescence. Pour se faire soigner, le président zimbabwéen se rend régulièrement à l’étranger.