Fermer

le Maroc travaille à l’arrivée d’un deuxième grand groupe automobile

Par AFP

le Maroc travaille à l'arrivée d'un deuxième grand groupe automobile © AFP

Le Maroc travaille à l'arrivée d'un deuxième grand constructeur automobile, après celle de Renault début 2012 à Tanger (nord), a déclaré jeudi le ministre marocain de l'Industrie, Abdelkader Amara.

« Plusieurs groupes internationaux s’intéressent au Maroc en tant que plate-forme industrielle prometteuse et sont +short-listés+ par le ministère », a déclaré M. Amara en marge d’un forum automobile à Tanger, selon des propos reproduits par l’agence de presse MAP.

D’après la même source, « ces groupes sont séduits par la position stratégique du Maroc et son ouverture sur les marchés internationaux, la disponibilité de compétences humaines de qualité et sa stabilité politique ».

« L’installation dans les prochaines années d’un deuxième constructeur mondial permettra de donner plus de visibilité au secteur automobile et soutenir sa croissance », tout en « offrant de nouveaux horizons » aux entreprises du secteur, a-t-il ajouté.

Renault a inauguré début février une usine géante près de Tanger, nouvelle base « low cost » aux portes de l’Europe et tête de pont vers l’Afrique.

En 2013, la capacité de production de cette usine doit atteindre quelque 300. 000 véhicules par an.

Le groupe français, qui détenait déjà 37% du marché marocain, a indiqué avoir atteint 40% en octobre, à travers ses deux marques Renault et Dacia, soit une hausse de 14,5% par rapport à la même période de 2011.

D’après le ministre marocain de l’Industrie, une trentaine d’équipementiers se sont par ailleurs installés au Maroc dans le sillage de Renault, avec la création de plus de 20. 000 emplois à la clé.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici