Fermer

Accident de car scolaire en Tanzanie : 35 tués, vitesse en cause

Par AFP

Fenêtre d'une école à Kilolo, en Tanzanie, le 1er septembre 2008. © AFP

Un accident de bus, samedi dans le nord de la Tanzanie a tué 32 élèves, deux professeurs et le chauffeur, selon un nouveau bilan publié par la police qui estime que la vitesse est la cause probable du drame.

Le bilan initial de 29 morts parmi les enfants s’est aggravé après le décès de trois élèves qui ont succombé à leurs blessures, a annoncé tard samedi à la télévision nationale TBC le chef régional de la police Charles Mkumbo.

Trois survivants sont toujours hospitalisés, a-t-il ajouté.

« Les premières constatations montrent que l’accident est dû à la vitesse », a poursuivi le chef régional de la police.

L’accident s’est produit samedi matin, dans le district de Karatu, situé à une centaine de km de la ville d’Arusha. Le bus est sorti de la route et s’est écrasé en contrebas dans la rivière Marera.

Les élèves, en dernière année d’école primaire et âgés de 12 à 14 ans, étaient en route pour des examens blancs de sélection pour les établissements d’études secondaires.

Le président tanzanien John Magufuli a présenté ses condoléances aux familles.

« Cet accident anéantit le rêve de ces enfants qui se préparaient à servir la Nation. C’est une douleur immense pour les familles et pour la Nation entière », a déclaré le président tanzanien dans un communiqué.

Cet accident est le plus meurtrier depuis une collision en mars 2015 entre un bus et un camion dans le centre de la Tanzanie, dans laquelle 42 personnes avaient péri et une vingtaine avaient été sérieusement blessées.

Environ 3.500 personnes ont été tuées dans des accidents de la route en Tanzanie en 2015, selon les statistiques de la police tanzanienne. La plupart des accidents sont dus à des conduites imprudentes, à la vitesse excessive, au mauvais état des routes et des véhicules.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro