Fermer

Attaque du consulat à Benghazi: Hillary Clinton témoignera le 20 décembre

Par AFP

Attaque du consulat à Benghazi: Hillary Clinton témoignera le 20 décembre © AFP

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton témoignera le 20 décembre lors d'une audition devant le Congrès à propos de l'attentat du 11 septembre contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi en Libye, a annoncé mercredi une élue américaine.

La chef de la diplomatie américaine témoignera sur la base d’un rapport, qui devrait être finalisé la semaine prochaine, d’une commission que Mme Clinton a elle-même mise sur pied, a indiqué Ileana Ros-Lehtinen, présidente de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants (à majorité républicaine) dans un communiqué.

Cette commission travaille depuis deux mois sur cette attaque terroriste qui avait coûté la vie à l’ambassadeur des Etats-Unis en Libye Christopher Stevens et trois autres agents américains.

Mme Clinton est actuellement malade et a dû annuler cette semaine une tournée dans des pays arabes et tous ses engagements professionnels.

On savait déjà que Mme Clinton témoignerait au Congrès. Les républicains souhaitent l’interroger sur les mesures de sécurité prises par le département d’Etat pour protéger le consulat de Benghazi avant l’attaque armée islamiste du 11 septembre.

La chef de la diplomatie américaine avait affirmé mi-octobre qu’elle « assum(ait) la responsabilité » de la gestion et des conséquences de cet attentat terroriste qui a déclenché aux Etats-Unis une tempête politique entre le gouvernement démocrate et l’opposition républicaine.

Les républicains accusent l’administration de Barack Obama d’avoir donné des explications erronées et changeantes sur l’attaque et en ont tiré prétexte pour contester la possible nomination de Susan Rice, ambassadrice américaine à l’ONU, comme secrétaire d’Etat pour remplacer Mme Clinton.

Mme Rice avait expliqué le 16 septembre que l’assaut de Benghazi avait été probablement la conséquence d’une manifestation anti-américaine qui aurait dégénéré. Washington avait ensuite reconnu qu’il s’agissait bien d’un attentat terroriste perpétré par des miliciens islamistes affiliés à Al-Qaïda.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici