Fermer

Mali: passation de pouvoir entre l’ex et le nouveau Premier ministre

Par AFP

Mali: passation de pouvoir entre l'ex et le nouveau Premier ministre © AFP

L'ex-Premier ministre malien Cheick Modibo Diarra, démis mardi sous la pression d'officiers putschistes, et son successeur Diango Cissoko, se sont retrouvés jeudi à Bamako pour procéder à la passation des pouvoirs, a constaté l'AFP.

M. Diarra, qui n’était pas apparu en public depuis l’annonce de sa démission mardi dans une brève allocution à la télévision publique malienne, est arrivé peu avant 11H00 (GMT et locales) au siège de la primature, sans protection militaire.

Selon sa famille, M. Diarra avait été placé en résidence surveillée chez lui immédiatement après sa démission, ce qu’avait démenti plus tard le chef des putschistes, le capitaine Amadou Haya Sanogo.

Diango Cissoko, ancien médiateur de la République, a été nommé mardi soir à la tête de l’exécutif par décret du président par intérim Dioncounda Traoré.

La communauté internationale, qui espère un « nouvel élan » à Bamako, a appelé M. Cissoko à former rapidement un véritable gouvernement d’union nationale pour mettre fin à la crise politique et faciliter une intervention armée internationale dans le Nord occupé par des groupes islamistes armés.

Jeudi, le haut représentant de l’Union africaine (UA) pour le Mali et le Sahel, l’ex-président burundais Pierre Buyoya, a appelé à son tour à la formation d’un « vrai » gouvernement d’union nationale.

« Je constate qu’il y a au Mali un président qui a accepté la démission du Premier ministre, qui a nommé un (nouveau) Premier ministre », a-t-il déclaré à Radio France international (RFI).

Il a rappelé que la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) avait demandé « avec insistance il y a quelques mois » la nomination d’un « vrai gouvernement d’union nationale. C’est ça qui est utile ».

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici