Fermer

Somalie : au moins cinq morts dans un attentat visant le chef de l’armée

Par AFP

Un soldat somalien sur les lieux d'un attaque-suicide à la voiture piégée à Mogadiscio, le 2 janvier 2017. © Farah Abdi Warsameh/AP/SIPA

Au moins quatre civils et un soldat ont été tués par l'explosion d'une voiture piégée qui visait le convoi du nouveau chef de l'armée somalienne, dimanche à Mogadiscio, a constaté un journaliste de l'AFP.

L’attaque a été revendiquée par les islamistes radicaux shebab qui ont indiqué que le chef de l’armée Mohamed Jama Irfid, nommé à son poste jeudi par le président somalien, avait échappé à l’attentat, une information confirmée à l’AFP par une source sécuritaire.

L’attaque s’est déroulée à proximité du ministère somalien de la Défense et, sur place, un vidéaste de l’AFP a vu cinq cadavres, quatre civils et un soldat.

Les shebab ont revendiqué l’attentat dans un communiqué relayé par leur station, radio Andalus: « Un combattant moudjahid a projeté sa voiture remplie d’explosifs sur un convoi et les premières informations indiquent que le chef de l’armée en a réchappé de peu ».

« Il y a eu une très forte explosion, vraisemblablement causée par une voiture piégée. Elle visait le convoi escortant le chef de l’armée », a confirmé à l’AFP un responsable sécuritaire somalien, Ali Abdirahman.

M. Abdirahman a lui aussi indiqué que Mohamed Jama Irfid et d’autres hauts responsables de l’armée avaient pu échapper à l’attaque.

« Un bus transportant des civils passait par là au moment de l’explosion et il y a des victimes mais je n’en connais pas le nombre », a-t-il ajouté.

Aucun bilan officiel n’était disponible en l’état. Mais plusieurs témoins interrogés par l’AFP ont également fait part de victimes.

« J’ai vu cinq soldats transportés à l’arrière d’un pick-up et certains d’entre eux semblaient morts », a ainsi décrit un de ces témoins, Abdukadir Moalim.

« Le minibus (transportant les civils) a été complètement détruit et il y avait plusieurs corps à l’intérieur mais je n’ai pas pu les compter car ils étaient très abîmés et brûlés par l’explosion », a rapporté un autre témoin, Abdirahman Isa.

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro