Fermer

Le demi-frère kényan d’Obama se lance en politique au Kenya

Par AFP

Le demi-frère kényan d'Obama se lance en politique au Kenya © AFP

Le demi-frère kényan du président américain Barack Obama, Malik Obama, a décidé de suivre l'exemple de son cadet - et de surfer sur sa notoriété - et de se lancer en politique au Kenya en briguant un siège de gouverneur le 4 mars prochain.

Malik Obama, 54 ans, candidat indépendant, a expliqué dans une interview à l’AFP avoir été « inspiré et stimulé » par la réussite de son demi-frère américain, né du même père kényan, Barack Hussein Obama (1936-1982).

« Quand je regarde le succès que mon frère a eu en Amérique, je pense que je laisserais tomber mon peuple si je ne suivais pas ses traces (. . . ) en devenant un dirigeant dévoué, honnête et appliqué », a-t-il déclaré à l’AFP depuis la maison de la famille Obama à Kogelo, dans l’ouest du pays.

Economiste de formation, il dit être le bon candidat pour s’attaquer « au cycle sans fin de pauvreté et de chômage qui pèse sur les gens » et il espère être élu au poste de gouverneur du comté de Siaya, qui borde le lac Victoria et auquel est rattaché Kogelo, berceau de la famille Obama.

« Je peux dire avec confiance que de tous ceux qui briguent le poste, je suis le candidat le mieux placé », assure Malik Obama, qui a vécu l’essentiel de sa vie d’adulte aux Etats-Unis; « rien que grâce à mon nom de famille, j’ai les contacts pour apporter le développement à Siaya » et à ses 800. 000 habitants.

Bien qu’il affirme suivre sa propre voie, il met en avant son patronyme face à ses adversaires – dont le frère cadet du Premier ministre kényan Raila Odinga – et dit ne se reconnaître dans aucun parti kényan, accusant la classe politique actuelle « d’avoir laissé tomber le peuple ».

« Je ne vais pas réinventer la roue. Je regarderai et emprunterai ce qui a fonctionné ailleurs. Les solutions à nos problèmes sont simples à trouver et à mettre en place », assure-t-il.

Les défis auxquels fait face Siaya sont pourtant énormes: 30% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté et les taux de prévalence du VIH et du paludisme sont parmi les plus hauts du pays.

« Le monde est allé de l’avant sous divers aspects. Je veux aider les miens à le rattraper. Avoir l’eau courante et pouvoir compter sur l’électricité ne devrait pas être un problème à notre époque », dit-il.

Mais le rêve avoué de Malik Obama, pieux musulman, c’est aussi de voir un jour McDonalds ouvrir un restaurant à Kogelo, village rural de quelques milliers d’habitants.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici