Fermer

Kouchner: le Mali est « l’affaire de tous », « le combat de l’Europe »

Par AFP

Kouchner: le Mali est "l'affaire de tous", "le combat de l'Europe" © AFP

Bernard Kouchner, ancien ministre des Affaires étrangères, estime que la situation au Mali est "l'affaire de tous" et regrette le manque de soutien européen aux opérations engagées par la France pour repousser les groupes islamistes armés, dans une interview au Parisien Dimanche.

« C’est à désespérer tous ceux qui, comme moi, croient encore à l’Europe », déclare-t-il, en espérant notamment à propos de l’Allemagne « que Berlin n’assimile pas cette nécessaire réaction française à une expédition coloniale ». « Le Mali, c’est l’affaire de tous ! Ce combat commun, c’est le combat de l’Europe », dit-il.

Bernard Kouchner a par ailleurs été « agréablement surpris » par la rapidité avec laquelle le président François Hollande a décidé de réagir pour bloquer l’avancée des islamistes. « Il ne faut pas le mésestimer. Lui qui n’était pas réputé pour connaître le monde international, là il l’apprend. Très vite », poursuit-il.

Selon l’ancien chef de la diplomatie (2007-2010), la France ne doit « rien faire » au Mali sans les pays africains, dont plusieurs « sont en train d’envoyer des troupes ». « La France n’est pas en guerre contre l’islam, mais contre l’extrémisme », souligne-t-il.

« Les Touareg, dans leur majorité, ne sont pas des extrémistes musulmans. S’assurer de l’accord d’un certain nombre des mouvements touareg, c’est une clé de cette guerre », note-t-il.

Il a pointé du doigt les conséquences sur le Mali de la guerre en Libye, estimant qu' »il aurait fallu rester un peu plus longtemps pour s’assurer que les arsenaux seraient détruits, que les pays voisins contrôleraient les frontières et tenteraient d’arrêter les bandes surarmées qui passent. . . « . « Rien de tout cela n’a été fait », a-t-il déploré, ajoutant: « L’ingérence cela se prépare ».

Par ailleurs, l’ancien ministre, à qui l’on demandait s’il pourrait « jouer un rôle » dans ce contexte d’intervention au Mali, a répondu: « Si on me le demandait, oui certainement ».

Interrogé sur la prise d’otages en Algérie il a déclaré que « la lutte contre le terrorisme est une lutte à mort ». Les méthodes des Algériens « ne sont pas, certes, celles qu’un militant des droits de l’homme défendrait. Mais je voudrais aussi rappeler toute la barbarie du terrorisme », a-t-il soutenu.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici