Fermer

Tunisie: le gouvernement dénonce la vague d’attaques de mausolées

Par AFP

Tunisie: le gouvernement dénonce la vague d'attaques de mausolées © AFP

Le gouvernement tunisien a condamné vendredi la "scandaleuse" vague d'attaques contre des mausolées soufis en Tunisie et a promis d'identifier les coupables alors que la mouvance salafiste fait figure de principal suspect.

« Récemment, les attaques scandaleuses se sont multipliées contre les mausolées de saints dans plusieurs régions et villes en Tunisie », a indiqué le gouvernement, dirigé par les islamistes d’Ennahda, dans son communiqué.

Le Premier ministre Hamadi Jebali « veille au respect des dispositions sécuritaires et des procédures judiciaires pour déterminer ceux qui ont commis ou ordonné ces actes », selon cette source.

Il a aussi « exprimé sa ferme condamnation de tout acte criminel visant le patrimoine culturel et religieux de la Tunisie ».

Près d’une quarantaine de mausolées soufis ont été saccagés ou incendiés en huit mois, selon l’Union soufie de Tunisie, qui a accusé des groupuscules islamistes radicaux d’avoir lancé une offensive contre la mystique islamique.

Ces derniers jours, une recrudescence des attaques a été constatée, deux sanctuaires ayant été incendiés jeudi et un autre mercredi.

Le ministère français des Affaires étrangères a exprimé vendredi sa « vive préoccupation » devant la multiplication des destructions de mausolées et appelé les autorités tunisiennes à « protéger le patrimoine » tunisien.

Les islamistes radicaux considèrent que ces mausolées érigés à la mémoire de saints musulmans contreviennent au précepte de l’unicité de Dieu.

Plusieurs personnes appartenant à la mouvance salafiste ont été arrêtés ces derniers mois pour des attaques contre des sanctuaires, mais la plupart des cas n’ont pas été élucidés.

L’opposition tunisienne accuse régulièrement le parti Ennahda et le gouvernement de complaisance à l’égard des groupuscules radicaux.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici