Fermer

Affaire Pistorius: l’Afrique du Sud attend d’en savoir plus

Par AFP

Affaire Pistorius: l'Afrique du Sud attend d'en savoir plus © AFP

L'Afrique du Sud attendait mercredi d'en savoir plus sur le drame qui a vu son héros le champion handisports Oscar Pistorius tuer par balles sa compagne Reeva Steenkamp, au lendemain de la déposition de l'accusé devant un tribunal de Pretoria.

Le tribunal devrait entendre des enquêteurs au deuxième jour du « pré-procès » qui doit décider de la remise en liberté provisoire, ou non, de Pistorius, qui s’est fait un nom en s’alignant avec les valides aux jeux Olympiques de Londres de 2012.

Les audiences pourraient durer jusqu’à vendredi, selon le Parquet.

Par la voix de son avocat Barry Roux, Pistorius, 26 ans, a raconté mardi comment il avait tué sa petite amie, par erreur selon lui, la prenant pour un voleur alors qu’elle était aux toilettes.

Dans le noir, il a tiré à quatre reprises sur la porte des toilettes avant de s’apercevoir de sa méprise, et a dû enfoncer la porte avec une batte de cricket pour porter secours à sa victime, qui est morte dans ses bras peu après, a-t-il raconté.

Le ministère public ne croit pas à cette thèse et estime qu’il y a eu meurtre avec préméditation, et le juge Desmond Nair le juge a laissé entendre qu’il n’était pas insensible à ses arguments, ce qui rend la demande de remise en liberté provisoire de Pistorius plus hypothétique.

L’agence Sapa a rapporté mercredi qu’Oscar Pistorius était arrivé au tribunal d’instance de Pretoria dès l’aube, plus de deux heures avant le début de l’audience, alors qu’une centaine de journalistes venus du monde entier se disputaient le droit d’entrer dans une salle théoriquement prévue pour accueillir 60 personnes.

Reeva Steenkamp, 29 ans, a été incinérée dans l’intimité mardi à Port Elizabeth (sud).

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici