Erdogan en Afrique pour parler du prédicateur Gülen

Par AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 18 janvier 2017 à Ankara. © AFP/KAYHAN OZER

Le président turc Recep Tayyip Erdogan est parti dimanche pour la Tanzanie, première étape d'une tournée en Afrique de l'Est pendant laquelle il évoquera les activités du prédicateur Fethullah Gülen qu'il accuse d'avoir ourdi le putsch manqué en juillet.

« Nous allons mettre sur la table les activités de FETO dans les pays africains comme la Tanzanie, le Mozambique, ou d’autres », a déclaré M. Erdogan lors d’une conférence de presse à l’aéroport à Istanbul.

Dans la terminologie des autorités turques, l’acronyme FETO, pour « Organisation terroriste des partisans de Fethullah », désigne le mouvement du prédicateur, à la tête d’un vaste réseau d’écoles, d’entreprises et d’ONG, notamment dans des pays africains.

« Nous allons évoquer avec nos homologues nos attentes en ce qui concerne la lutte contre FETO », a ajouté M. Erdogan, qui doit également se rendre au Mozambique et à Madagascar, pendant sa tournée qui se déroulera du 22 au 26 janvier.

M. Gülen, qui vit en exil aux Etats-Unis depuis la fin des années 1990, affirme que son mouvement est pacifique et nie toute implication dans la tentative de coup d’Etat du 15 juillet contre M. Erdogan, dont il fut autrefois un proche allié.

Après le putsch avorté, le gouvernement turc a lancé des purges dont l’ampleur a suscité l’inquiétude de l’Union européenne et d’ONG. Plus de 43.000 personnes, dont des enseignants, des policiers et des magistrats, ont été incarcérés.

En plus de cette offensive judiciaire, les dirigeants turcs ont multiplié les initiatives sur le front diplomatique, réclamant la fermeture d’écoles et de fondation gulénistes à l’étranger, notamment dans les Balkans, en Asie centrale et en Afrique.

Ankara réclame par ailleurs à Washington l’extradition de M. Gülen, le Premier ministre Binali Yildirim ayant dit espérer que le nouveau président américain, Donald Trump, ferait en sorte d' »accélérer le processus judiciaire ».

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici