Fermer

Mauritanie: les propos de Noël Mamère sur le président Aziz « instrumentalisés »

Par AFP

Mauritanie: les propos de Noël Mamère sur le président Aziz "instrumentalisés" © AFP

Le député français Noël Mamère, poursuivi en diffamation en France par le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz pour l'avoir présenté comme "le parrain d'un trafic de drogue", affirme que sa parole a été "instrumentalisée" dans un communiqué diffusé jeudi en Mauritanie.

Un avocat du président Aziz a adressé mercredi à M. Mamère une citation directe devant le tribunal correctionnel de Paris, à une date qui n’est pas encore définie, pour avoir déclaré pendant un débat sur la situation au Mali, le 21 janvier sur la chaîne de télévision Arte, que le chef de l’Etat mauritanien était « le parrain d’un trafic de drogue ».

Dans un communiqué diffusé jeudi par l’hebdomadaire mauritanien Le Calame et authentifié à l’AFP à Paris par le député français lui-même, Noël Mamère parle d’un « malheureux malentendu » lui valant « le courroux du président mauritanien », et affirme avoir eu divers « contacts et échanges » sur cette question notamment avec des Mauritaniens.

« Il ressort de tous ces échanges que ma parole libre et spontanée est abusivement instrumentalisée dans une série de manipulations économico-politiques et tribales » en Mauritanie, dit-il, sans plus de détails sur ces « manipulations ».

« Mon propos » dans l’émission sur Arte « n’avait pas vocation à stigmatiser le président mauritanien dans sa personne ni lui faire porter la responsabilité des trafics de drogue ou d’influences qui gangrènent la Françafrique au sens plus large », assure-t-il.

« Lors de mon intervention sur Arte, j’ai évoqué le président mauritanien, sans doute, abusivement. Comme j’aurais pu dire +tchadien+, +malien+ ou +algérien+, etc. tant je ne visais pas l’homme lui-même mais plutôt les dysfonctionnements des appareils judiciaires – y compris chez nous en Europe – qui laissent parfois échapper de gros poissons mafieux », poursuit-il.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici