Fermer

Afrique du Sud : le chef des jeunes de l’ANC appelle à prendre les armes pour défendre Zuma

Par AFP

Le président sud-africain Jacob Zuma le 20 septembre 2016 à la tribune des Nations Unies. © Frank Franklin II/AP/SIPA

Le président de la ligue des jeunes du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a appelé samedi les vétérans du parti à prendre les armes pour défendre Jacob Zuma, au coeur de plusieurs scandales ces derniers mois.

« Camarades vétérans, sortez vos armes. C’est le moment de défendre la révolution. Nous devons le faire, les générations avant nous l’ont fait. Ils ont sacrifié leurs vies », a lancé Collen Maine pendant une manifestation de soutien au chef de l’Etat à Durban (sud-est).

« Jacob Zuma est entouré par des serpents à l’ANC. Nous devons d’abord corriger ça au sein du parti pour être capables de vaincre notre ennemi. Nous n’autoriserons personne à faire tomber Zuma », a-t-il ajouté.

Selon le site d’informations sud-africain News24, 4.000 personnes ont défilé dans les rues de la plus grande ville de la province zouloue, arborant des pancartes « Pas touche à Zuma ».

Jeudi, le président sud-africain avait saisi en urgence la justice pour interdire la publication d’un rapport potentiellement explosif de la médiatrice de la République, Thuli Madonsela, à son encontre.

Ce rapport vient solder plusieurs mois d’enquête de la médiatrice sur la famille Gupta, une puissante fratrie d’hommes d’affaires, soupçonnée d’avoir imposé au chef de l’Etat la nomination de ministres ou de chefs d’entreprises publiques.

L’autorisation ou non de publier le rapport sera tranchée par la justice le 1er novembre. Le texte a pour le moment été placé samedi dans un lieu sécurisé, au Parlement.

Si elle est autorisée, sa publication dépendra du bon vouloir de la nouvelle médiatrice de la République, Busisiwe Mkhwebane qui a pris ses fonctions samedi en remplacement de Thuli Madonsela, dont le mandat de sept ans vient d’expirer.

Les accusations visant les Gupta, dont l’empire s’étend du secteur minier aux médias en passant par l’immobilier et l’ingénierie, empoisonnent depuis des mois M. Zuma.

S’il reconnaît être proche de la famille, le chef de l’Etat a toujours nié son influence dans ses décisions politiques.

Elu en 2009, le chef de l’Etat traverse une mauvaise passe marquée par divers scandales de corruption qui suscitent des critiques au sein même de l’ANC, au pouvoir depuis l’élection de Nelson Mandela en 1994.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici