Fermer

Les rebelles yéménites disent avoir attaqué un bateau militaire émirati

Par AFP

Un soldat émirati à bord d'un hélicoptère CH-47 Chinook survolant le territoire yéménite, le 17 septembre 2015. © ADAM SCHRECK/AP/SIPA

Les rebelles Houthis au Yémen ont affirmé samedi avoir tiré sur un navire sous commandement de l'armée émiratie qui participe à la coalition arabe appuyant le gouvernement yéménite reconnu.

L’armée émiratie a indiqué pour part qu’un navire sous son commandement avait été impliqué dans un « incident », qui n’a pas fait de victime, dans le détroit de Bab al-Mandeb, à l’extrême sud de la mer Rouge.

Les Emirats arabes unis sont membres de la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite et aidant le gouvernement yéménite reconnu à combattre les rebelles chiites Houthis, qui se sont emparés il y a deux ans de la capitale Sanaa, ainsi que de plusieurs régions du pays.

Des « roquettes ont visé un navire de guerre émirati alors qu’il s’approchait des côtes de Mokha », sur la mer Rouge, ont indiqué les rebelles dans un communiqué diffusé sur leur site sabanews.net.

« Il a été complètement détruit », ont-ils ajouté.

Dans un communiqué diffusé par l’agence officielle WAM, l’armée émiratie a indiqué que le navire revenait d’un voyage de routine en provenance d’Aden, plus au sud.

Elle a souligné que le navire avait été loué mais n’a pas donné plus détails, notamment s’il avait été endommagé. Elle a ajouté qu’une enquête avait été ouverte.

Grâce à l’appui de la coalition arabe, les forces gouvernementales yéménites sont parvenues à reprendre du terrain aux rebelles, mais ces derniers conservent toujours presque toute la côte sur la mer Rouge, ainsi que des pans de territoire autour de Sanaa.

Les forces loyalistes ont repris en octobre 2015 l’île de Perim, dans le détroit de Bab al-Mandeb, rétablissant leur contrôle sur cette voie maritime stratégique qui relie le canal de Suez au Golfe d’Aden et l’Océan indien.

Les rebelles gardent néanmoins des positions sur la côte qui donnent sur le détroit, secteurs où ont lieu depuis quelques jours d’intenses combats.

Trois combattants des forces loyalistes ont été tués samedi dans ces affrontements qui ont fait aussi 17 blessés, selon des sources militaires loyalistes. Cinq rebelles ont été tués selon ces mêmes sources.

L’AFP n’était pas en mesure de vérifier de manière indépendante un tel bilan, et les insurgés eux-mêmes communiquent rarement leurs pertes.

Dans la province de Jawf (nord), les forces progouvernementales ont repris samedi de larges secteurs de la ville de Ghail après des combats qui ont fait 16 morts (11 rebelles et cinq loyalistes), selon des sources militaires.

La province de Jawf, qui longe la frontière avec l’Arabie saoudite, est en grande partie contrôlée par les forces progouvernementales.

Depuis 2015, le conflit au Yémen a fait plus de 6.700 morts, dont environ la moitié de civils, selon les Nations unies.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici