Fermer

Rwanda: le TPI transfère à Kigali un 2e accusé du génocide

Par AFP

Rwanda: le TPI transfère à Kigali un 2e accusé du génocide © AFP

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), basé à Arusha en Tanzanie, a transféré mercredi vers Kigali un second accusé du génocide des Tutsi de 1994, Bernard Munyagishari, a constaté une journaliste de l'AFP.

L’accusé est arrivé mercredi en fin d’après-midi à l’aéroport de la capitale rwandaise. Yeux baissés ou regard fuyant, il a été présenté à la presse, encadré par trois policiers et menotté, avant d’être emmené par la police vers son lieu de détention.

« Dans les dix jours, il doit être présenté aux juges » qui décideront de sa mise en liberté provisoire ou de son maintien en détention, a déclaré à l’AFP à l’aéroport Alain Mukuralinda, porte-parole du procureur général du Rwanda.

« On a un sentiment de satisfaction car cela démontre qu’il y a une confiance dans la justice rwandaise en général », a-t-il ajouté.

Bernard Munyagishari, né en 1959, est un ancien responsable local du parti de l?ex-président hutu Juvénal Habyarimana, dont l’assassinat le 6 avril 1994 — son avion avait été abattu au-dessus de Kigali — avait déclenché le génocide.

Pendant le génocide, M. Munyagishari était secrétaire général du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND) pour la préfecture de Gisenyi (nord). Il était également président de l?aile jeunesse du parti, les Interahamwe, pour la même région.

Il avait été arrêté en 2011 en République démocratique du Congo (RDC), six ans après avoir été inculpé par le TPIR d' »entente en vue de commettre le génocide », « génocide », « complicité de génocide », assassinats et viols « constitutif de crime contre l’humanité ». Il est soupçonné d’avoir recruté, entraîné et dirigé les miliciens Interahamwe impliqués dans des tueries et des viols en série de Tutsi à Gisenyi et au-delà, entre avril et juillet 1994.

Décidé en première instance le 6 juin 2012, son transfèrement à Kigali a été confirmé en appel le 3 mai dernier.

Le TPIR a déjà remis aux autorités rwandaises le pasteur adventiste Jean Uwinkindi, dont le procès sur le fond devrait démarrer en septembre devant la Haute cour à Kigali.

Six autres dossiers ont été transférés à la justice rwandaise, mais ils concernent des accusés en fuite, que Kigali a localisés, demandant aux autorités des pays concernés d’arrêter et de lui remettre.

Le transfèrement d?accusés vers des juridictions nationales fait partie de la stratégie de fin de mandat du TPIR, créé en 1994 par l’ONU pour juger les responsables du génocide rwandais et qui doit terminer ses travaux au plus tard fin 2014.

Jusqu’en juin 2011, le TPIR avait refusé plusieurs renvois d’accusés vers Kigali, estimant que le Rwanda ne remplissait pas les conditions pour des procès équitables. La juridiction internationale a changé de position après une série de réformes judiciaires mises en oeuvres par le pays.

Le génocide rwandais a fait 800. 000 morts selon l’ONU, essentiellement parmi la minorité tutsi, entre avril et juillet 1994.

Déjà 150 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici