Soudan du Sud : armée et rebelles s’accusent mutuellement de nouvelles attaques

Par AFP

Soldats du Soudan du Sud. © Jason Patinkin/AP/SIPA

Armée et rebelles qui s'affrontent depuis décembre 2013 au Soudan du Sud s'accusaient mutuellement samedi d'être à l'origine de nouveaux combats, malgré la récente signature d'un accord de paix visant à mettre fin à 20 mois d'une terrible guerre civile et prévoyant la mise en place d'un cessez-le-feu.

« Les rebelles de (l’ancien vice-président) Riek Machar ont attaqué hier la localité de Malakal », capitale de l’État pétrolier et stratégique du Haut-Nil et « le bombardement de Malakal a repris ce matin », a affirmé samedi le porte-parole de l’armée sud-soudanaise, le colonel Philip Aguer. « Bien qu’engagée dans la dynamique de paix (…), l’armée a le droit à la légitime défense ».

Un porte-parole de la rébellion, James Gatdet Dak, a confirmé à l’AFP que des combats se déroulaient samedi à Malakal, mais nié que les rebelles aient lancé l’offensive, accusant l’armée d’avoir attaqué la première. « Ce sont leurs forces qui nous ont attaqués près de Malakal », a-t-il assuré, « elles voulaient s’emparer de la zone avant que le cessez-le-feu n’entre en vigueur ».

L’accord de paix signé le 17 août à Addis Abeba par Riek Machhar et mercredi après-midi à Juba par le président Salva Kiir prévoit l’entrée en vigueur d’un « cessez-le-feu permanent » 72 heures après la signature du document. Il n’était pas clair dans l’immédiat si le cessez-le-feu était ou non déjà en vigueur, samedi après-midi.

Selon James Gatdet Dak, le cessez-le-feu entre en vigueur ce samedi à minuit (21h GMT). La médiation de l’Igad (Djibouti, Éthiopie, Kenya, Ouganda, Somalie, Soudan et Soudan du Sud) a de son côté simplement fait état de la date de samedi, sans autre précision.

Un autre porte-parole rebelle, Dickson Gatluak Jock, a par ailleurs indiqué que les forces de Riek Machar étaient attaquées samedi depuis le matin dans l’État septentrional d’Unité, autre zone-clé du conflit.

« Cette attaque injustifiée (…) constitue une grave violation de l’accord de paix et doit être condamnée dans les termes les plus vifs », a estimé ce porte-parole, « cela montre que les forces gouvernementales n’ont pas cessé le combat ».

 « Samedi 29 août minuit »

Dans « une déclaration de cessez-le-feu permanent », obtenue par l’AFP, Riek Machar a ordonné vendredi à toutes ses forces de « cesser le feu dans le pays à compter du 29 août à minuit ». Salva Kiir avait de son côté ordonné par décret jeudi à l’armée sud-soudanaise de cesser les combats également à partir de ce samedi « 29 août minuit ».

Outre un « cessez-le-feu permanent », l’accord de paix prévoit également sous 72 heures une série de mesures « de désengagement, de séparation et de retrait des forces du théâtre des opérations ».

Directement menacés de sanctions, MM. Kiir et Machar ont signé l’accord sous forte pression de la communauté internationale. En signant l’accord Salva Kiir a ouvertement fait part de ses réticences envers cette « paix imposée » et posé 16 « réserves » à diverses dispositions du texte, dont plusieurs concernant le crucial mécanisme de partage du pouvoir avec la rébellion, semant le doute sur un rapide retour à la paix au Soudan du Sud.

Vendredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a de nouveau appelé à un « cessez-le-feu immédiat et permanent » au Soudan du Sud et brandi la menace de sanctions contre ceux qui ne respecteraient pas le document signé.

Au cours des quelque 19 mois d’interminables pourparlers entre les deux camps à Addis Abeba, MM. Kiir et Machar ont signé une longue série de cessez-le-feu, systématiquement violés dans les jours, voire les heures qui suivaient leur signature. Les deux camps continuaient ces derniers jours de s’accuser mutuellement de lancer de nouvelles offensives.

Plusieurs puissants chefs militaires de la rébellion ont récemment fait sécession, disant rejeter tout accord signé par MM. Kiir et Machar. Juba a souligné que ces dissidences faisait échapper une partie des troupes rebelles au contrôle de Riek Machar et rendaient un cessez-le-feu impossible et l’accord inapplicable.

La plus jeune nation du monde a proclamé son indépendance en juillet 2011 après des décennies de conflit contre Khartoum. Elle a replongé dans la guerre en décembre 2013, quand des combats ont éclaté au sein de l’armée sud-soudanaise, minée par les dissensions politico-ethniques alimentées par la rivalité entre MM. Kiir et Machar à la tête du régime.

Le conflit, marqué par des massacres et des atrocités, a fait des dizaines de milliers de morts et chassé quelque 2,2 millions de Sud-Soudanais de leurs foyers.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici