Guinée équatoriale: des opposants en exil appellent à la démission du président

Par AFP

Guinée équatoriale: des opposants en exil appellent à la démission du président © AFP

Une coalition d'opposants équato-guinéens en exil a appelé mardi à la démission du président Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 1979, et à la mise en place d'un processus de transition conduisant à des élections libres.

« Nous appelons à la démission d’Obiang pour permettre la mise en place d’un processus de transition à l’issue duquel seront organisées des élections démocratiques, libres et transparentes », a déclaré Raimundo Ela Nsang, secrétaire exécutif de la Coalition d’opposition pour la restauration d’un Etat démocratique (CORED), lors d’une conférence de presse à Paris.

« Nous ne croyons plus aux élections organisées par Obiang », a-t-il ajouté, rappelant que Teodoro Obiang Nguema, arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1979, a été élu pour la quatrième fois en 2009 avec plus de 95,37% des suffrages grâce, selon lui, à « des intimidations et à des pressions sur les autres partis politiques ».

Créée en septembre 2013, la CORED rassemble 13 partis et associations d’opposants équato-guinéerns en exil.

« Depuis 20 ans, il n’y a aucune avancée démocratique en Guinée équatoriale, il n’y a aucun espoir pour le peuple d’avoir un changement politique venant de l’intérieur du pays », a affirmé M. Ela Nsang.

« L’opposition n’existe pas en Guinée équatoriale », a insisté Salomon Abseo Esono, exilé en Grande-Bretagne, au cours de cette conférence de presse à laquelle à laquelle participaient également des opposants venus d’Allemagne et d’Espagne.

« Nous appelons la Communauté internationale à nous appuyer et à faire pression sur le président Obiang pour qu’il quitte le pouvoir », a ajouté Carlos Abaga Ayingono, venu d’Allemagne.

Les représentants de la CORED ont également dénoncé le détournement des revenus pétroliers de la Guinée équatoriale (3e pays producteur d’Afrique subsaharienne) par le président Obiang et sa famille.

« Les populations de Guinée équatoriale manquent de tout, il n’y a pas de liberté, pas d’électricité, pas d’école. . . « , a déclaré Carlos Abaga Ayingono, assurant que le président possède « des centaines de millions de dollars sur des comptes au Brésil, au Surinam ou en Malaisie ».

« Obiang a réussi un miracle politique: dans un pays de moins de 30. 000 km2 et moins d’un million d’habitants où le pétrole coule à flots, le peuple vit dans la misère », a ironisé Francisco Ela Abeme, avocat exilé en Espagne depuis 42 ans.

La Guinée équatoriale est considérée par l’ONG Transparency international comme l’un des pays les plus corrompus au monde, se classant au 163e rang sur 175.

En France, Teodoro Obiang Nguema fait l’objet d’une enquête ouverte en 2010 dans le cadre de l’affaire des biens dits « mal acquis ». La justice a saisi en juillet 2012 un hôtel particulier de six étages, situé avenue Foch à Paris, et émis un mandat d’arrêt à l’encontre du fils du président, Teodorin Obiang, deuxième vice-président de son pays.

Couverture

Exclusivité : - 30% sur votre édition digitale


Couverture

+ LE HORS-SERIE FINANCE OFFERT dans votre abonnement digital. Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez !

Je m'abonne à Jeune Afrique