Extension Factory Builder
17/07/2013 à 11:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Soudan du Sud:  armée et ONU se jugent incapables de protéger les civils Soudan du Sud: armée et ONU se jugent incapables de protéger les civils © AFP

Le vice-ministre sud-soudanais de la Défense a affirmé que ni ses troupes, ni les Casques bleus de l'ONU n'étaient capables de défendre les civils dans l'Etat de Jonglei, secoué par de nouveaux affrontements entre milices.

Une vidéo filmée par des responsables onusiens dans l'Etat de Jonglei, dans l'est du Soudan du Sud, et que l'AFP a pu visionner, montre des colonnes de miliciens de l'ethnie Lou Nuer lourdement armés passer devant un petit contingent de soldats sud-soudanais et de Casques bleus inactifs.

"Nous avons beau croire en la responsabilité de protéger, notre mandat en tant que gouvernement et le mandat de l'ONU ne peuvent pas être remplis avec les ressources que nous avons là," a affirmé à l'AFP mardi soir le vice-ministre, Majak D?Agoot.

La vidéo a été tournée dimanche dans le village reculé de Manyabol, dans le département de Pibor, là où les combats entre Lou Nuer et Murle, une communauté rivale, ont repris de plus belle il y a environ deux semaines.

Les forces onusiennes s'étaient rendues là le week-end dernier pour évacuer quelque 200 combattants Lou Nuer blessés. La vidéo montre apparemment d'autres combattants retournant chez eux, certains guidant du bétail volé.

Le nombre de miliciens impliqués dans les récents combats semble comparable à celui des massacres de fin 2011 dans la même région.

Quelque 8. 000 Lou Nuer avaient alors marché vers Pibor, peuplé de leurs rivaux murle. L'ONU avait estimé qu'environ 600 personnes avaient été massacrées. Des responsables locaux avaient fait état de bilan bien plus élevés: les tueries s'étaient étendues dans une série de représailles.

Selon M. D?Agoot, l'armée sud-soudanaise n'avait qu'une compagnie à Manyabol et les Casques bleus n'étaient qu'une poignée, en nombre bien inférieur aux quelque 7. 000 miliciens estimés. Passer à l'action aurait été "suicidaire", a-t-il poursuivi.

La chef de la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss), Hilde Johnson, a affirmé n'avoir pas encore visionné les images. Elle a ajouté que les soldats onusiens avaient localisé les forces Lou Nuer et vérifiaient si elles "rentraient bien chez elles, au nord".

La région de Pibor est régulièrement en proie à des affrontements ethniques.

La région a payé l'un des plus lourds tributs de la guerre civile soudanaise qui a opposé la rébellion sud-soudanaise - aujourd'hui au pouvoir à Juba - au régime de Khartoum de 1983 à 2005, année de la signature d'un accord de paix qui a ouvert la voix à l'indépendance du Sud en 2011.

Elle en porte encore les stigmates. La zone reste infestée d'armes et troublée par les rancoeurs accumulées entre communautés. Durant la guerre civile soudanaise, les Murle servaient de supplétifs à Khartoum, qui les armait, contre la rébellion sud-soudanaise.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches