Extension Factory Builder
24/02/2013 à 12:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Corruption en Algérie: Sonatrach condamne des 'agissements individuels' Corruption en Algérie: Sonatrach condamne des "agissements individuels" © AFP

La compagnie pétrolière nationale algérienne Sonatrach, au coeur d'un scandale de corruption lié à des contrats avec des firmes italienne et canadienne, a condamné dimanche des "agissements individuels".

"Les scandales que nous avons enregistrés sont malheureux. Nous condamnons des agissements individuels", a déclaré le PDG de la Sonatrach, Abdelhamid Zerguine, à la radio publique francophone.

"Nous essayerons de (les) combattre à l'avenir avec la plus grande vigueur", a-t-il ajouté.

Le groupe Sonatrach est secoué par un scandale portant sur des pots-de-vin qui auraient été versés par le géant italien Eni à des responsables algériens pour obtenir des contrats.

Ce scandale pourrait avoir des prolongements au Canada, touchant également le géant de l'ingénierie SNC Lavalin.

"Ces scandales n'ont pas eu d'impact" sur les activités du groupe pétrolier, a assuré M. Zerguine, précisant que les recettes des exportations pétrolières de l'Algérie se sont établies à 72 milliards de dollars en 2012.

Samedi, le président Abdelaziz Bouteflika s'était dit "révolté" par les scandales de corruption qui touchent la gestion de Sonatrach, affirmant ne pas pouvoir les "passer sous silence", tout en exprimant sa confiance dans la justice.

Le ministre de l'Energie, Youcef Yousfi, avait prévenu mercredi qu'il serait "inflexible" envers toute personne impliquée dans des affaires de corruption au sein de Sonatrach.

Le parquet d'Alger avait ordonné le 10 février l'ouverture d'une enquête sur une éventuelle affaire de corruption liée à des contrats entre Eni et Sonatrach, après l'ouverture d'une enquête sur la même affaire par le parquet de Milan.

Ces révélations risquent d'ébranler un peu plus le secteur énergétique algérien, déjà secoué par une prise d'otages sanglante sur le site gazier de Tiguentourine, dont la production a repris partiellement dimanche, près d'un moi et demi après cette attaque jihadiste, selon M. Zerguine.

"C'est une reprise partielle de la production du complexe. (. . . ) Nous bénéficierons d'une production de 3 milliards de m3 par an", a-t-il dit.

Le complexe, géré conjointement par Sonatrach, le Britannique BP et le Norvégien Statoil, a une capacité globale de 9 milliards de m3/an.

M. Zerguine a ajouté que le groupe pétrolier envisageait de nouvelles mesures de sécurisation des sites pétroliers et gaziers du pays, notamment "l'armement des agents chargé de la sécurisation des installations pétrolières des zone éloignées".

Au total, 37 otages étrangers et un Algérien avaient été tués lors de la prise d'otages, du 16 au 19 janvier, alors que 29 ravisseurs, membres d'un commando jihadiste, avaient péri et trois autres avaient été arrêtés.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex