Extension Factory Builder
20/01/2013 à 14:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
CAN: des débuts chargés de symboles pour le Ghana et le Mali CAN: des débuts chargés de symboles pour le Ghana et le Mali © AFP

Le Ghana et le Mali, demi-finalistes, l'an dernier, entrent en scène à la CAN-2013, dimanche, mais n'auront pas la tâche facile, les Black Stars devant se méfier de la RD Congo, alors que les Aigles tenteront de faire abstraction de la guerre qui secoue leur pays.

Ghana-RD Congo: Prime à la casse ou à la victoire?

Même en l'absence de nombreuses vedettes "européennes" (Essien, Muntari, les frères Ayew, Boateng), le Ghana, l'une des sélections les plus régulières d'Afrique (4 fois vainqueur, demi-finales en 2008 et 2012, finale en 2010), s'annonce comme l'un des prétendants légitimes à la victoire finale. Mais il devra d'abord bien négocier ses retrouvailles avec Claude Le Roy, l'entraîneur qui l'avait mené dans le dernier carré en 2008. Pour sa 7e CAN, le Français, âgé de 64 ans, compte bien faire parler sa science africaine à la tête de la RD Congo. Il a déjà remporté une première bataille en évitant une fronde de ses joueurs et de son staff congolais, mécontents du non-versement des primes, un classique sur le continent. Avec une ossature issue du TP Mazembé, vainqueur de la Ligue des champions africaine en 2009 et 2010, Le Roy dispose d'une belle base sur laquelle s'appuyer et pourrait venir troubler le jeu dans la poule.

Mali-Niger: La guerre en arrière-plan

Les Aigles de Patrice Carteron vont effectuer des débuts en douceur contre l'équipe réputée la plus faible du groupe. Mais l'enjeu devrait dépasser le cadre strictement sportif au moment où le Mali a fait appel à l'armée française pour déloger des groupes islamistes qui occupent le nord du pays. Quel impact aura le conflit sur le comportement des Maliens? "Depuis que j'ai été nommé, j'ai toujours trouvé les joueurs exemplaires par rapport au maillot et ce devoir de patriotisme, a expliqué le sélectionneur du Mali à l'AFP. Mais il faut être très vigilant et ne pas tout confondre non plus. Le football doit rester un jeu et mettre trop de pression sur les épaules des joueurs, ça ne les servirait pas du tout. " Hormis les forfaits de Samba Sow et de Modibo Maïga pour le premier match, le Mali disposera de toutes ses forces vives contre des Nigériens dont les espoirs offensifs ne reposent que sur l'ancien Bordelais Moussa Maazou, sacré Ballon de plomb en 2011.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces