Extension Factory Builder
18/01/2013 à 12:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
RDC: les agressions sexuelles en hausse dans les camps près de Goma RDC: les agressions sexuelles en hausse dans les camps près de Goma © AFP

Les femmes dans les camps de déplacés autour de Goma, dans l'Est de la République démocratique du Congo, sont victimes d'agressions sexuelles dans une proportion de plus en plus alarmante, selon Médecins sans frontière (MSF).

L'ONG française, dans un récent communiqué, a indiqué avoir pris en charge 95 victimes de violences sexuelles en moins d'un mois, précisément entre le 3 décembre et le 5 janvier.

La plupart des agressions ont lieu dans la colline de Rusayo, où les femmes vont chercher le bois pour faire la cuisine, a expliqué vendredi à l'AFP dans la capitale du Nord-Kivu un responsable de MSF, Thierry Goffeau.

MSF déplore "le manque d'implication des entités de protection de la population civile" alors que la présence renforcée de militaires et de groupes armés à proximité des camps a "créé une insécurité chronique où les viols sont monnaie courante".

"Pour la seule journée de jeudi, nous avons eu 27 cas", a précisé M. Goffeau. "Le bouche à oreille" peut certes expliquer l'accroissement des femmes violentées qui viennent en confiance se plaindre et se faire soigner à l'antenne de MSF installée dans le camp de Mugunga III, à l'Ouest de Goma, selon M. Goffeau.

Mais mi-octobre, l'hôpital Heal Africa, qui prend notamment en charge des femmes violées, s'était déjà alarmé d'une croissance "dramatique" des cas de viols au Nord-Kivu, expliquant avoir recensé "à peu près 5. 000 femmes violées depuis le début de l'année" 2012.

L'hôpital a surtout mis en cause des "groupes armés", et indiqué que des militaires se rendaient aussi coupables de ces violences.

500. 000 déplacés

M. Goffeau, lui, accuse des "hommes armés" attirés par un effet d'aubaine, plutôt que ceux qui violaient auparavant dans un but de destruction du tissu social ou comme une "arme de guerre".

Aucun rebelle du Mouvement du 23 mars (M23) --qui a pris Goma 11 jours fin novembre, et campe depuis aux portes de la ville-- ne circule vers la colline de Rusayo, occupé par des soldats de l'armée gouvernementale, les Forces armées de la république du Congo (FARDC), selon M. Goffeau.

En revanche, a-t-il accusé, des miliciens locaux Maï Maï Nyatura et des rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) --deux groupes régulièrement accusés d'exactions-- sont présents dans le secteur, ainsi que des malfaiteurs évadés de la prison à la prise de Goma.

Le camp de Mugunga III est sous le contrôle du Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) et le gouvernement congolais est censé y assurer l'ordre. Les soldats de la mission des Nations unies protègent l'extérieure du camp.

Depuis le départ du M23 de Goma, seuls 450 policiers ont réintégré la capitale provinciale, qui compte un million d'habitants. L'armée est quant à elle restée cantonnée à une vingtaine de kilomètres au Sud de Goma, notamment à Minova, où des militaires sont soupçonnés d'avoir violé 126 femmes, tué deux civils et procédé à des pillages, selon l'ONU.

Les combats entre le M23 et l'armée ont fait 500. 000 déplacés depuis avril, selon le HCR. Suite aux combats entre forces rebelles et gouvernementales qui se sont soldés par la prise de Goma, plus de 100. 000 personnes ont trouvé refuge dans les camps de déplacés autour de la ville.

Avant la chute de Goma, le camp de Mugunga III abritait à lui seul 17. 000 réfugiés ou déplacés mais devant la fermeture des petits camps improvisés dans la ville lors de l'avancée rebelle, le camp grossit chaque jour, a expliqué M. Goffeau.

Des latrines et des centres de distribution d'eau ont été mis en place. Cependant, les distributions de nourriture ont été suspendues pour réfréner les convoitises: les occupants ont déjà été attaqués de nuit par des assaillants venus voler les vivres tout juste distribuées.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces