Extension Factory Builder
10/01/2013 à 16:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Afrique du Sud: nouveaux incidents entre ouvriers agricoles grévistes et policiers Afrique du Sud: nouveaux incidents entre ouvriers agricoles grévistes et policiers © AFP

Des heurts ont opposé jeudi pour la deuxième journée consécutive la police sud-africaine à des centaines d'ouvriers agricoles en grève pour leurs salaires dans la région du Cap, les forces de l'ordre tirant des balles en caoutchouc pour répondre à des jets de pierres, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les ouvriers agricoles de la province du Cap occidental, principale zone de production viticole et de fruits et légumes d'Afrique du Sud, ont relancé mercredi une grève pour obtenir une augmentation de leur salaire journalier de 70 à 150 rands (6 à 13 euros).

Les échauffourées entre les policiers et des groupes de manifestants très mobiles ont duré plusieurs heures près de la localité de De Doorns, à 140 km à l'est du Cap, sur la route nationale qui mène vers Johannesburg.

D'autres incidents ont été signalés dans deux autres localités.

Plusieurs villages des environs étaient isolés, les forces de l'ordre ayant coupé les routes.

Les grévistes ont érigé des barricades sur la chaussée et lancé des pierres sur les véhicules de police. Les forces de l'ordre, en tenue anti-émeute, ont répliqué par des tirs nourris de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène.

"Il y a des batailles rangées entre la police et les grévistes, les tirs et les jets de pierre sont à l'ordre du jour dans la région", a commenté pour l'AFP le secrétaire général du syndicat des ouvriers agricoles (Bawusa), Nosey Pieterse.

Le porte-parole de la police locale Andre Traut a résumé la situation en déclarant: "Nous sommes totalement déployés sur la zone, et nous avons pris des mesures dans différentes sections pour maintenir la loi et l'ordre".

Dix-huit personnes ont été arrêtées. Mercredi, la police avait procédé à 44 arrestations pour menaces et violences publiques.

L'Afrique du Sud regarde avec inquiétude ce nouveau conflit social, qui rappelle par certains aspects les grèves sauvages des mineurs en août et septembre. Ces grèves s'étaient soldées par une soixantaine de morts, dont 34 grévistes abattus par la police sur le site de la mine de platine de Marikana.

La grève des ouvriers agricoles a débuté en novembre. Deux personnes avaient alors été tuées dans des affrontements avec la police.

Après une trêve de plus d'un mois, le mouvement a repris ce mercredi.

Le gouvernement refuse jusqu'à présent d'intervenir, arguant du fait que la loi prévoit que le salaire minimum ne peut être relevé qu'une fois par an, et que la dernière augmentation date de mars 2012.

La région du Cap occidental fournit près de 60% des exportations agricoles sud-africaines, et emploie au total presque 200. 000 ouvriers permanents ou saisonniers.

"Notre image internationale est en train d'en prendre un coup, et pour le moment, nous avons une vendange de raisin de table en attente dans les vignes et nous ne pouvons pas vendanger", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère régional de l'Agriculture, Wouter Kriel.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex