Extension Factory Builder
13/12/2012 à 16:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Darfour: la CPI envisage de nouvelles poursuites pour crimes de guerre Darfour: la CPI envisage de nouvelles poursuites pour crimes de guerre © AFP

La procureure de la Cour pénale internationale Fatou Bensouda a déclaré jeudi devant le Conseil de sécurité qu'elle envisageait de nouvelles poursuites contre des responsables soudanais pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis au Darfour.

"Mon bureau va examiner si des enquêtes et des demandes de mandats d'arrêt supplémentaires sont nécessaires pour traiter ces crimes qui se poursuivent", a-t-elle ajouté.

Elle a cité des attaques contre la Mission conjointe de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour (Minuad), des obstacles mis à la fourniture de l'aide humanitaire et des "bombardements et autres attaques contre des populations civiles".

De tels agissements, a-t-elle souligné, "pourraient constituer des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité et un génocide". Ils sont similaires à ceux dont la Cour a déjà été saisie au Darfour et qui font déjà l'objet de cinq mandats d'arrêt, a-t-elle ajouté.

La CPI a lancé des mandats d'arrêts contre le président soudanais Omar el-Béchir et quatre autres hauts responsables soudanais, dont le ministre de la défense Abdelrahim Mohammed Hussein, accusés de crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis contre la population civile du Darfour, région de l'ouest du Soudan en proie depuis dix ans à une guerre civile.

"Les promesses des représentants du gouvernement soudanais de mener des initiatives de paix sont contredites par les activités sur le terrain qui montrent qu'ils considèrent toujours que commettre des crimes contre les civils est une solution aux problèmes du gouvernement (soudanais) au Darfour", a expliqué Mme Bensouda.

"Il est clair que le gouvernement soudanais n'est prêt ni à livrer les suspects (à la CPI) ni à les poursuivre pour leurs crimes", a-t-elle affirmé, en déplorant l'incapacité du Conseil de sécurité à faire appliquer les mandats d'arrêt de la Cour.

Elle s'est demandé "combien de civils devront être tués, blessés ou déplacés pour que le Conseil soit incité à assumer ses responsabilités".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex