Extension Factory Builder
13/12/2012 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Egypte: des milliers de personnes aux funérailles d'un journaliste Egypte: des milliers de personnes aux funérailles d'un journaliste © AFP

Des milliers de personnes ont participé mercredi soir aux funérailles d'un journaliste égyptien tué dans des violences entre opposants et partisans du président Morsi la semaine dernière, en conspuant les Frères musulmans qu'ils accusent d'être responsables de sa mort.

El-Husseini Abou Deif, 32 ans, du journal indépendant Al-Fagr, avait été atteint par balle à la tête dans la nuit du 5 au 6 décembre. Sa mort, une semaine plus tard, porte le bilan des violents affrontements devant le palais présidentiel à huit décès.

Des centaines de journalistes en colère se sont rassemblés tard mercredi devant leur syndicat, dans le centre du Caire, pour rendre hommage à leur collègue, selon un journaliste de l'AFP.

"Tue, tue, Badie (le Guide suprême des Frères musulmans, ndlr), justice sera rendue à El-Husseini", ont-ils scandé.

"El-Husseini a été tué parce qu'il a filmé les crimes commis par les ennemis de la vie et de la dignité, ce qui les a poussés à le tuer pour lui voler sa caméra", a dit à l'AFP Gamal Fahmy, membre du syndicat.

Des milliers de personnes ont ensuite accompagné la dépouille du journaliste jusqu'à la place Tahrir, symbole du soulèvement qui a renversé le président Hosni Moubarak l'an dernier, puis jusqu'à la mosquée Omar Makram pour les funérailles.

"A bas le pouvoir du Guide!", "Le peuple veut la chute du régime", ont-elles crié en marchant.

"Je fais porter la responsabilité de sa mort aux Frères car ce sont eux qui ont attaqué les manifestants devant le palais présidentiel" le 5 décembre, a dit à l'AFP Moheb, un ami du journaliste.

Ce jour-là, des partisans des islamistes avaient afflué vers le palais présidentiel et démonté les tentes dans lesquelles de petits groupes d'opposants au président Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, avaient passé la nuit après une manifestation massive de l'opposition mardi.

De violents affrontements avaient suivi, faisant huit morts et des centaines de blessés.

Les opposants ont appelé à voter contre un projet de Constitution très contesté devant être soumis à référendum samedi, alors que le pays vit sa pire crise depuis l'élection de M. Morsi en juin.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces