Extension Factory Builder
22/11/2012 à 06:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Soudan: un complot déjoué contre la sécurité du pays, des chars à Khartoum Soudan: un complot déjoué contre la sécurité du pays, des chars à Khartoum © AFP

Les services de renseignement soudanais ont indiqué jeudi avoir déjoué "un complot" contre la sécurité du pays, tandis qu'un témoin a déclaré avoir vu des chars circulant dans la capitale Khartoum.

"Les services de sécurité et du renseignement ont déjoué tôt jeudi matin un complot visant la sécurité" de l'Etat. "Ce complot est dirigé par des responsables de partis d'opposition", a déclaré le Centre des médias du pays, qui est proche de l'appareil de sécurité.

Selon une source citée par le Centre, les autorités enquêtent à la fois sur l'implication de personnel militaire et civil.

Un témoin a indiqué à l'AFP avoir vu des chars et des véhicules de transport de troupes circulant en ville.

"Vers 02h00 (23h00 GMT) alors que je me trouvais sur l'avenue Obeid Khatim, j'ai vu des chars et des blindés transportant des militaires et de l'équipement venant du sud et se rendant dans le centre", a ajouté le témoin sous couvert de l'anonymat.

L'avenue Obeid Khatim est un grand axe reliant les aéroport militaire et civil de Khartoum aux bâtiments du gouvernement dans le centre-ville.

L'annonce du complot déjoué intervient quelques heures après que l'armée soudanaise a confirmé mercredi une attaque aérienne près de Samaha, une région frontalière disputée avec le Soudan du Sud où des rebelles du Darfour ont installé un campement.

"Nous avons attaqué Al-Regaibat, à 40 km au nord de la frontière internationale avec le Soudan du Sud et à 10 km au nord de Samaha", avait annoncé dans un communiqué le porte-parole de l'armée Sawarmi Khaled Saad, accusant les rebelles de bénéficier d'un "grand soutien" de la part du Soudan du Sud.

Juba a de son côté déclaré que son voisin du nord avait bombardé un marché sur son territoire, sans en préciser l'emplacement exact.

Un Antonov a "bombardé une zone où des gens ont installé un marché", a indiqué le porte-parole de l'armée du Soudan du Sud, Kella Kueth, sans donner plus de détails.

"Cet endroit nous appartient (. . . ), ils ont bombardé des gens après l'accord de coopération", a-t-il ajouté, faisant allusion à des accords de sécurité signés en septembre par Khartoum et Juba.

Plus tôt, le porte-parole du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM, un groupe rebelle du Darfour) avait fait état de "bombardements aériens intensifs (mardi et lundi) autour de la région de Samaha".

Les bombes ont atterri sur des zones civiles sans toucher les positions rebelles, avait-t-il ajouté.

Lundi, l'armée soudanaise avait menacé de déloger par la force des rebelles du JEM qui ont installé un campement à Samaha.

Un porte-parole du JEM, qui appartient au Front révolutionnaire soudanais, avait alors confirmé avoir un campement "au nord de la frontière", sans fournir plus de détails.

Le Front révolutionnaire soudanais, une alliance de groupes rebelles originaires de différents Etats du Soudan, affirme avoir pour objectif de renverser le régime de Khartoum, dominé par les Arabes.

Samaha, une des cinq régions que se disputent le Soudan et le Soudan du Sud, est considérée par Khartoum comme partie intégrante de l'Etat du Darfour (ouest).

Les deux Etats voisins n'ont pas réussi à régler leurs différends au sujet de ces régions, malgré la médiation de l'Union africaine (UA) qui a conduit à la signature en septembre d'accords de sécurité prévoyant une zone tampon démilitarisée à leur frontière.

Khartoum et Juba n'ont pas été capables de se mettre d'accord sur les mesures pratiques à mettre en oeuvre pour appliquer ces accords, a indiqué l'UA le 10 novembre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches