Extension Factory Builder
20/11/2012 à 17:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Retour samedi du président mauritanien après plus d'un mois d'absence Retour samedi du président mauritanien après plus d'un mois d'absence © AFP

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, en convalescence en France depuis le 14 octobre après avoir été blessé par balle et "par erreur" par un soldat de son armée près de Nouakchott, rentrera samedi dans son pays, a annoncé mardi l'Agence mauritanienne d'information (AMI).

"Le président de la République regagnera la patrie samedi 24 novembre après des soins et une période de convalescence en France", écrit l'AMI, agence officielle, une information confirmée à l'AFP par un membre de la famille de M. Aziz. "Le président est complètement rétabli", a-t-il assuré.

Plusieurs membres de l'entourage du chef de l'Etat ont également annoncé son retour à Nouakchott samedi.

Le président Aziz a lui même annoncé mardi à Paris qu'il allait "rentrer très rapidement, dans quelques jours" dans son pays, à l'issue d'un entretien avec le président français François Hollande à l'Elysée.

Il avait été hospitalisé en France après avoir été blessé par balle près de Nouakchott, le 13 octobre.

De retour d'une visite en province, son véhicule avait essuyé "par erreur", selon la version officielle, les tirs d'un soldat de l'armée mauritanienne en patrouille à une quarantaine de km de la capitale.

Evacué à Paris dès le lendemain après avoir été opéré à Nouakchott, le président mauritanien avait été admis à l'hôpital militaire Percy de Clamart, dans la banlieue parisienne, d'où il était sorti dix jours plus tard. Il est depuis resté en France.

"Les circonstances (de l'accident) sont très claires, il n'y a pas de dessous", a déclaré M. Aziz à la chaîne de télévision France 24, qualifiant de "pure imagination" toute autre explication que celle du tir "par erreur" d'un officier.

"On a parlé de terroriste: il n'existe pas de terroriste dans cette zone. Il s'agit d'un officier mauritanien. L'enquête a été faite, l'intéressé a été libéré dans la même soirée sur mes instructions", a déclaré le président mauritanien.

Le retour du président Aziz a été annoncé à la veille d'une manifestation à Nouakchott organisée à l'appel de la Coordination de l'opposition démocratique (COD, une dizaine de partis), pour exiger la mise en place d'un régime "de transition".

La COD a déjà organisé plusieurs manifestations pour dénoncer un "vide juridique et politique" lié à l'absence de M. Aziz.

"Le pays connaît un vide politique et juridique grave avec l'absence du chef de l'Etat. Nous appelons en conséquence tous les partis politiques et tous les sages de ce pays pour une concertation très large aux fins de sortir de la crise née" de cette situation, avait déclaré le président de la COD, Saleh Ould Henenna.

"Il n'y a aucun vide institutionnel", s'est défendu sur France 24 M. Aziz. "Je suis en contact avec tous les responsables politiques de mon pays. Je suis à la minute ce qui se passe dans mon pays, (davantage) maintenant qu'avant. Même sur mon lit d'opération je savais ce qui se passe".

Le président a annoncé qu'il adresserait un "message au peuple mauritanien" le 28 novembre pour la fête de l'indépendance.

Des responsables de la COD avaient mis en doute la version officielle des circonstances dans lesquelles le président Aziz a été blessé.

Fin octobre, un soldat mauritanien présenté comme l'auteur du tir accidentel était apparu à la télévision nationale pour témoigner de sa bonne foi, ce qui lui avait valu, selon lui, de ne pas être sanctionné par sa hiérarchie.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces