Extension Factory Builder
17/11/2012 à 09:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tunisie: décès d'un second islamiste en grève de la faim Tunisie: décès d'un second islamiste en grève de la faim © AFP

Mohamed Bakhti, une figure connue de la mouvance salafiste tunisienne, est mort à la suite d'une grève de la faim de près de deux mois qu'il observait pour protester contre son arrestation à la suite d'une attaque contre l'ambassade des Etats-Unis, a indiqué samedi à l'AFP son avocat,

"Il est décédé dans la nuit vers 02H00 (01H00 GMT samedi) du matin à l'hôpital", a indiqué l'avocat, Abdelbasset Ben Mbarek, rappelant qu'un autre de ses clients Bechir Gholli était mort jeudi soir après avoir refusé de s'alimenter en détention pendant deux mois.

Bakhti était dans le coma et dans un état désespéré depuis plusieurs jours. Son avocat avait indiqué dès jeudi s'attendre au décès de son client, qui souffrait aussi d'une hémorragie cérébrale.

Bakhti et Gholli avaient débuté leur grève de la faim fin septembre, quelques jours après leur arrestation dans le cadre de l'enquête sur l'attaque de l'ambassade américaine par une foule de militants islamistes (4 morts parmi les assaillants).

Ils clamaient leur innocence et dénonçaient leur condition de détention, alors que la mouvance salafiste jihadiste tunisienne s'estime la victime d'une répression injustifiée.

Le décès de Bakhti est jugé particulièrement sensible, car il était considéré comme une figure de la mouvance jihadiste et comme un proche d'Abou Iyadh, l'organisateur présumé de l'attaque contre l'ambassade américaine, qui échappe toujours à la police.

Condamné en 2007 à 12 ans de prison après des affrontements sanglants entre l'armée et des islamistes à Soliman, près de Tunis, sous le régime du président Zine El Abidine Ben Ali, Mohamed Bakhti a bénéficié de l'amnistie décrétée après la révolution de 2011.

Abou Iyadh, libéré lui aussi à la faveur de cette amnistie, est pour sa part considéré comme l'un des dirigeants du groupe de Tunisiens proche des talibans afghans accusé d'avoir organisé l'attentat ayant tué le commandant Massoud le 9 septembre 2001.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces