Extension Factory Builder
10/11/2012 à 20:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Gabon: bagarres lors d'un meeting du parti dissous Union nationale Gabon: bagarres lors d'un meeting du parti dissous Union nationale © AFP

Des bagarres entre jeunes radicaux et militants plus modérés ont éclaté samedi à Libreville lors d'un meeting du parti dissous Union nationale (UN), du principal opposant André Mba Obame, qui n'est pas apparu en public depuis fin août.

Le meeting a rassemblé environ un millier de supporteurs de l'UN et de l'Union des forces du Changement (UFC, coalition articulée autour de l'UN) mais quelques minutes à peine après le début des discours, des jeunes ont commencé à critiquer les "vieux" et demandé à faire une marche pour en découdre avec les forces de l'ordre et "faire dégager" le président gabonais Ali Bongo Ondimba.

Trois bagarres au moins ont eu lieu entre des jeunes radicaux et d'autres militants cherchant à les calmer ou refusant leurs critiques. Ces échauffourées entre militants ont éclipsé les discours qui se sont déroulés dans le brouhaha.

"Ce sont toujours les mêmes discours. On est fatigué. On a quand même l'impression qu'il y a un arrangement sur notre dos (entre pouvoir et leaders de l'opposition). On était venu pour marcher", a affirmé Chimène Medza, enseignante qui n'a pas participé aux bagarres.

"On nous avait dit: +après le 30 (octobre), on demandera à Bongo de partir+ et là, ce sont des discours", a ajouté Vincent Essono, agent de sécurité qui a quitté dans le calme le siège de l'UN où se déroulait le la réunion.

"L'opposition, ce sont tous des menteurs. Ils jouent un jeu! On veut le départ d'ABO (Ali Bongo Ondimba). Pas des discours. Nous sommes prêts à mourir", a quant à lui assuré Ename Bibang, un des jeunes voulant affronter les forces de l'ordre.

Le président de l'UN Zacharie Myboto lui a répondu: "Il y a des gens qui s'énervent. Nous, nous voulons quelque chose de méthodique. A partir d'aujourd'hui s'ouvrent des actions démocratiques pour nous permettre d'atteindre les objectifs. Nous avons le devoir d'aller jusqu'au bout".

Depuis le retour au Gabon de M. Mba Obame, le 11 août, l'opposition réclame la tenue d'une "conférence nationale souveraine" qui réunirait l'opposition, le pouvoir et des représentants de la société civile - à l'image de celle qui avait donné naissance au multipartisme en 1990 - afin d'élaborer une nouvelle Constitution et d'organiser des élections.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Dernière Minute

Toutes les dépèches

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex