Extension Factory Builder

DossierRDC : Mbote changement ?

19/10/2012 à 16:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une séance plénière au Palais du peuple, à Kinshasa. Une séance plénière au Palais du peuple, à Kinshasa. © Lionel Healing/AFP

Philippe Biyoya Makutu est professeur de sciences politiques à l'université de Kinshasa et à l'université de Lubumbashi. Pour lui, le but des partis politiques n'est pas d'apporter leur pierre à l'édifice du bien public mais d'accéder à des privilèges... D'où leur impopularité.

Jeune Afrique : Pourquoi les partis politiques congolais, en particulier ceux de l'opposition, sont-ils en permanence l'objet de critiques ?

Philippe Biyoya Makutu : Quand on se replace dans le contexte colonial, on se rend compte que nos partis ne se sont pas constitués pour accomplir des idéaux propres à toute formation politique, mais pour remplacer les colonisateurs, c'est-à-dire un groupe de gens qui avaient des privilèges. Raison pour laquelle, depuis les années 1960, nos partis sont des clubs d'amis qui n'aspirent pas au bien-être collectif. Leur objectif n'est pas la conquête du pouvoir, mais l'accès aux privilèges. Ce sont des structures de survie. Le gouvernement lui-même apparaît comme une sorte d'arche de Noé qui sauve les plus chanceux.

Peut-on faire avancer le débat politique dans de telles conditions ?

Le premier handicap vient de l'absence de relations entre la vie de l'État et l'existence des partis : les provinces, les tribus ont plus d'importance que les partis, qui ne sont plus que des clubs de football auxquels on adhère parce que certaines couleurs attirent. L'unique débat politique tourne donc autour de la forme de l'État : fédéralisme ou unitarisme. Aucun débat sur la place de la RDC dans le monde d'aujourd'hui et de demain. Rien non plus qui unisse les fondateurs d'un parti, à part l'ambition d'entrer au gouvernement ou d'être candidat à quelque chose. Transformer la société n'est malheureusement pas à l'ordre du jour.

On dirait des clubs de football auxquels on adhère parce que certaines couleurs attirent.

Est-ce aussi la raison pour laquelle l'opposition ne parvient pas à se choisir un leader ?

C'est en effet là aussi une querelle d'ambitions. Opposition par rapport à quoi ? Lorsqu'on a formé le gouvernement 1 + 4 [un président et quatre vice-présidents, comme prévu après le dialogue intercongolais de Sun City, NDLR], il y avait des opposants à Mobutu, des opposants à Kabila et au gouvernement.

La fonction de porte-parole de l'opposition rapporte des dividendes et chacun veut y accéder pour en profiter. Et puis le pouvoir n'a jamais compris que ses per­formances et sa force dépendaient de la qualité de l'opposition. Il préfère une opposition à sa mesure.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager
Flux RSS Jeune Afrique - Tenez-vous au courant des derniers articles publiés en souscrivant au fil d'information RSS de Jeune Afrique - En savoir plus
Widget jeune Afrique - Rassemblez les actus, les photos et les vidéos sur votre page personnalisée - EN SAVOIR PLUS
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex