Extension Factory Builder

DossierDéveloppement : l'Afrique idéale

29/08/2012 à 11:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Kinshasa et Brazzaville sont séparées par le fleuve Congo. Kinshasa et Brazzaville sont séparées par le fleuve Congo. © Reuters

La construction d'un pont reliant les deux capitales est dans les cartons depuis plusieurs années. Son coût est estimé à 400 millions d'euros.

Dire que Kinshasa et Brazzaville sont les deux capitales les plus proches au monde n'a rien d'original, d'autant que cela saute aux yeux. Bâties chacune sur une rive du Congo, ces villes ne sont séparées que par quatre petits kilomètres. Chaque jour, un flot incessant de passagers et de marchandises voyage de l'une à l'autre sur des embarcations qui fonctionnent encore par miracle. Les échanges commerciaux restent, pour l'essentiel, du domaine de l'informel. D'où l'idée, depuis de longues années, de construire un pont route-rail sur le fleuve qui sépare les deux soeurs. Un chanteur de la région disait déjà dans l'un de ses morceaux, en lingala : « Ebale ya Congo ezali lopango te, ezali nzela » (« le fleuve Congo n'est pas une barrière, c'est une route »).

Les concepteurs du projet sont partis des constats suivants : les moyens de transport entre les capitales sont rudimentaires et leurs coûts élevés ; aucune structure digne de ce nom ne les relie ; la perte de temps est considérable et l'insécurité permanente... L'idée a pris forme en janvier 2004 après l'adoption par les dirigeants membres de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (Ceeac) du Plan directeur consensuel des transports dans cette sous-région. Elle entre également dans le cadre des grands projets prioritaires du Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (Nepad). Sa finalité est d'assurer la continuité du système de transport le long du corridor Tripoli-Windhoek, qui traverse le Tchad, le Cameroun, les deux Congos et l'Angola. Il doit faciliter l'importation et l'exportation des marchandises entre Matadi et Pointe-Noire.

Fiche technique

- Année de lancement : 2004

- Coût estimé : 403 millions d'euros

- Année de livraison : inconnue

Chemin de fer

La construction du pont, dont le coût est estimé à 500 millions de dollars (403 millions d'euros), permettra à Kinshasa et à Brazzaville non seulement d'être reliés, mais aussi d'harmoniser et de rationaliser leurs procédures d'immigration et les usages. C'est un moyen de renforcer les infrastructures de transport et l'intégration dans la zone Ceeac. Le pendant de cet ouvrage sera un chemin de fer - en construction - entre Kinshasa et le port d'Ilebo, sur la rivière Kasaï (au Kasaï-Occidental, dans le centre de la RD Congo), via le Bandundu. Long de 1 015 km, il rejoindra la ligne Ilebo-Katanga, en créant un nouvel axe Pointe-Noire - Kinshasa-Ilebo-Lubumbashi-Lusaka (Zambie)-Durban (Afrique du Sud). Objectifs : favoriser le transport des minerais venant du centre et du sud de la RD Congo ainsi que promouvoir le commerce dans l'est et le sud-est du pays en misant, notamment, sur l'Afrique australe.

Il faut signaler que la construction d'un pont route-rail entre Kinshasa et Brazzaville enflamme les passions. En RD Congo, par exemple, certaines personnalités estiment que la concrétisation de ce projet pourrait porter préjudice au port fluvial de Matadi, dans le Bas-Congo. D'où l'exigence de construire au préalable un port en eau profonde à Banana. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager
Flux RSS Jeune Afrique - Tenez-vous au courant des derniers articles publiés en souscrivant au fil d'information RSS de Jeune Afrique - En savoir plus
Widget jeune Afrique - Rassemblez les actus, les photos et les vidéos sur votre page personnalisée - EN SAVOIR PLUS
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex