Extension Factory Builder

DossierAfrique du Sud : nouvel eldorado subsaharien

14/08/2012 à 14:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Achille Mbembe a préféré s'installer en Afrique du Sud plutôt qu'aux États-Unis. Achille Mbembe a préféré s'installer en Afrique du Sud plutôt qu'aux États-Unis. © Marc Shoul, pour J.A.

L'historien camerounais Achille Mbembe réside à Johannesburg depuis 1999. Un choix de vie et de carrière.

« J'ai vécu à Paris, à Dakar et aux États-Unis, où j'enseigne à l'université Duke trois mois par an. Je ne suis pas retourné au Cameroun depuis longtemps, mais quand les Lions indomptables jouent, mon être est transplanté. J'ai besoin de chacun de ces lieux, et l'Afrique du Sud m'apporte la marmite », résume Achille Mbembe, 55 ans. Installé à Johannesburg depuis 1999 et professeur de sciences politiques à l'université du Witwatersrand depuis 2001, Mbembe considère Johannesburg comme une « porte naturelle » et l'Afrique du Sud comme « un lieu où s'invente un futur possible pour le continent, un futur afropolitain », brassant les influences africaines, mais aussi européennes et américaines. « C'est un pays neuf, mais le système universitaire est comparable à celui des États-Unis. La vie intellectuelle profite d'une relative liberté académique, l'accès à l'information est immédiat et la possibilité d'intervenir dans le champ public par les médias est naturelle. Qui plus est, l'expérience politique et la transition d'une société raciste à une société démocratique ont une portée universelle », résume l'intellectuel, marié à Sara, une universitaire sud-africaine blanche avec qui il a deux enfants, de 4 ans et 6 ans.

« En regardant les anciennes frontières de l'Afrique, on voit qu'elle fonctionnait sur le mode du voyage, de l'imbrication, de la dispersion et de la circulation », poursuit Mbembe, pour qui l'Afrique du Sud est devenue une synthèse de mondes en partage. Mais aujourd'hui, le pays souffrirait d'une « panne de l'imagination ». « Les anciens de l'ANC [Congrès national africain, NDLR], Walter Sisulu, Oliver Tambo et Nelson Mandela, étaient des intellectuels. Les politiciens actuels ne lisent plus, ne pensent plus, et ne connaissent pas le continent. Le pays a vécu une révolution de la consommation, mais le projet de l'ANC est de vivre comme les Blancs, c'est tout. » Mbembe perçoit tout de même « un mouvement », la nation devenant un lieu de rencontre pour l'intelligentsia africaine.

________

Propos recueillis par Alex Duval Smith, au Cap

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager
Flux RSS Jeune Afrique - Tenez-vous au courant des derniers articles publiés en souscrivant au fil d'information RSS de Jeune Afrique - En savoir plus
Widget jeune Afrique - Rassemblez les actus, les photos et les vidéos sur votre page personnalisée - EN SAVOIR PLUS