Extension Factory Builder

DossierEau : l'assainissement, nouvelle urgence

06/04/2011 à 10:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Comme ici à Niamey, l'assainissement collectif peut s'avèrer très onéreux. Comme ici à Niamey, l'assainissement collectif peut s'avèrer très onéreux. © Issouf Sanogo

En termes d’installations sanitaires, les investissements nécessaires pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement sont estimés à 6 milliards de dollars. Une préoccupation hélas un peu tardive.

Priorité depuis plus de dix ans, l’accès à l’eau potable a significativement progressé en Afrique. Même si, globalement, le continent sera le seul à ne pas atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) – qui visent à réduire de moitié, entre 2000 et 2015, la quantité de personnes non raccordées –, les signes sont encourageants. Entre 1990 et 2008, le nombre d’Africains ayant accès à l’eau potable a augmenté de 6 % et 11 % respectivement au Maghreb et en Afrique subsaharienne, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Sans que les efforts en termes d’accès à l’eau soient pour autant relâchés, une nouvelle préoccupation est apparue depuis quelque temps. Au cœur de la réunion des instances de l’Association africaine de l’eau (AAE), du 28 février au 4 mars, à Douala, les OMD en matière d’assainissement, parent pauvre de la thématique, apparaissent malheureusement hors de portée. Seuls 31 % des Subsahariens sont aujourd’hui raccordés à des installations sanitaires de base (en progression de 3 % entre 1990 et 2008), contre 89 % en Afrique du Nord (+ 17 %), région où la prise de conscience est intervenue il y a déjà une décennie. « On remarque une attention croissante à ce sujet », note Nicolas Chomel, du cabinet d’ingénierie et de conseil Safege, filiale de Suez.

« C’est une préoccupation nouvelle, c’est vrai, car la situation n’est vraiment pas bonne », rapporte Sering Jallow, manager du département eau et assainissement de la Banque africaine de développement. « Si pour l’accès à l’eau on estime que la moitié des pays du continent atteindront les OMD, seuls dix sont dans ce cas dans le domaine de l’assainissement. » La banque elle-même a revu sa position. Alors qu’elle consacrait en 2003 environ 56 millions d’euros aux projets d’accès à l’eau et à l’assainissement, elle aura financé en 2010 des projets pour un montant de 530 millions, dont 25 % pour l’assainissement. « Mais on estime qu’il faudrait y consacrer au moins 21 milliards de dollars [15 milliards d’euros, NDLR] supplémentaires pour atteindre les OMD, dont 6 milliards pour l’assainissement », conclut Sering Jallow.

Manque de moyens

Si l’accès à l’eau requiert parfois peu de moyens (forages et bornes-­fontaines peuvent améliorer rapidement une situation), l’assainissement collectif (tout-à-l’égout, stations d’épuration…) nécessite de lourds investissements. La station d’épuration de Cambérène, au Sénégal, qui retraite une partie des eaux usées de Dakar, a ainsi coûté pas moins de 30 millions d’euros. « Il est difficile de s’occuper d’assainissement quand, déjà, on a peu de moyens sur l’eau », remarque Emmanuel Poilâne, directeur de la Fondation France Libertés.

Les villes africaines se retrouvent au pied du mur. La croissance démographique et l’urbanisation galopante et souvent anarchique ont conduit à la constitution de véritables « cloaques » dans lesquels il devient quasi impossible de mettre en place un projet d’assainissement. « De plus, les États hésitent à équiper ces quartiers érigés de manière illégale », assure Jean-François Donzier, directeur général de l’Office international de l’eau.

Avec l’aide du privé

La volonté politique est essentielle – cadre législatif adapté, élaboration de contrats d’objectifs et de qualité avec les entreprises publiques ou privées –, alors même que les compétences sont présentes sur le continent. « La Sonede en Tunisie, l’Onep au Maroc ou l’Onea au Burkina Faso sont des exemples de réussite », estime Jean-François Donzier. Pour lui, la gestion de l’eau doit être organisée par la puissance publique nationale ou régionale, qui édicte des règles et des objectifs communs, mais, en fonction du pays, les pouvoirs locaux peuvent prendre le relais.

« Le privé peut apporter son savoir-faire et parfois les investissements, mais il doit intervenir dans un cadre juridique clair et stable », poursuit-il. Et, pour ceux qui douteraient encore des bienfaits de l’assainissement, il rappelle que, pour 1 euro investi, 4 euros sont produits à travers la création d’emplois, une meilleure disponibilité des salariés et la baisse des dépenses de santé, car 80 % des maladies sont véhiculées par l’eau insalubre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager
Flux RSS Jeune Afrique - Tenez-vous au courant des derniers articles publiés en souscrivant au fil d'information RSS de Jeune Afrique - En savoir plus
Widget jeune Afrique - Rassemblez les actus, les photos et les vidéos sur votre page personnalisée - EN SAVOIR PLUS
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex