Extension Factory Builder

DossierGbagbo - Ouattara : le choc

09/11/2010 à 16:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rassemblement pour un meeting du président sortant, avant le premier tour. Rassemblement pour un meeting du président sortant, avant le premier tour. © D.R.

À l’issue d’un premier tour plus serré que prévu, les Ivoiriens vont devoir départager Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara. Un face-à-face périlleux pour une élection historique, huit ans après la partition du pays.

Ce n’est pas la guerre mais la paix qui a éclaté le 31 octobre en Côte d’Ivoire, à l’issue d’un premier tour exemplaire quant au taux de participation – le plus élevé pour une élection présidentielle pluraliste africaine depuis des décennies – mais aussi admirable d’enthousiasme et de civisme citoyen. Ceux qui avaient fondé leurs prévisions sur une analyse ethnique et la prégnance immuable des trois blocs régionaux – krou, akan, dilua – en ont été pour leurs frais, et il faut s’en réjouir. Sur les trois principaux candidats, c’est le plus « archaïque », le seul à ne pas être sorti de ce schéma périmé, qui se retrouve aujourd’hui éliminé. Henri Konan Bédié a perdu, alors qu’Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo, qui tous deux se sont extraits de cette logique pour ratisser en dehors de leur fief identitaire, seront face à face au second tour, le 28 novembre. Si le candidat du Rassemblement des républicains (RDR), qui a longuement chassé sur les terres du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) au point de mécontenter son allié, peut espérer surfer sur une vague montante, c’est à Laurent Gbagbo que l’apparition d’un vote « moderne » – surtout à Abidjan –, transethnique et générationnel, bref d’un « Homo politicus » ivoirien a le plus profité. Normal, dira-t-on : s’il n’avait compté que sur son ethnie d’origine, le président sortant n’aurait pas dépassé les 10 %. Mais qui, en dehors des sondages qu’il a lui-même commandés, pensait il y a six mois que Gbagbo arriverait en tête au soir du 31 octobre ? Pas ses adversaires, encore moins la France.

Dans trois semaines, à l’issue d’une nouvelle campagne que l’on veut croire aussi maîtrisée que celle qui s’est achevée, ce seront deux chefs, deux tempéraments, deux itinéraires mais aussi deux conceptions de la Côte d’Ivoire, de son histoire et de son avenir, que les urnes départageront. À la clé : la naissance d’une vraie démocratie et le retour au premier plan de l’éléphant de l’Afrique de l’Ouest. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager
Flux RSS Jeune Afrique - Tenez-vous au courant des derniers articles publiés en souscrivant au fil d'information RSS de Jeune Afrique - En savoir plus
Widget jeune Afrique - Rassemblez les actus, les photos et les vidéos sur votre page personnalisée - EN SAVOIR PLUS
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex