Extension Factory Builder

DossierComment va l'Algérie

27/07/2010 à 12:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Algériens attendent une amélioration de leurs conditions de vie. Les Algériens attendent une amélioration de leurs conditions de vie. © AFP

Malgré les centaines de milliards de dollars injectés dans l’économie grâce à la rente des hydrocarbures, le moral des Algériens est maussade. Emplois, croissance, investissements... Les chiffres sont bons mais la grogne sociale perdure. Le « patriotisme économique » décrété il y a un an peut-il redonner confiance à la population ?

Il y a un an, le 18 juillet 2009, entrait en vigueur la loi de finances complémentaire (LFC), dont les mesures ont profondément bouleversé la donne économique de l’Algérie. Après dix ans d’ouverture tous azimuts, de privatisations à tour de bras, de réformes structurelles et de politique libérale, le président Abdelaziz Bouteflika, réélu trois mois auparavant pour un troisième mandat, décidait de revoir profondément sa copie : réglementation contraignante des investissements étrangers, mesures pour réguler les importations, limitation du crédit bancaire… « Il ne s’agit pas d’un changement de stratégie économique, mais d’un réaménagement tactique », nuance un membre du gouvernement du Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Quoi qu’il en soit, stratégie ou tactique, le terme importe peu aux yeux de l’opinion.

Contrairement aux partenaires et aux investisseurs étrangers, qui ont peu apprécié ce changement de cap, les Algériens sont moins gênés par la versatilité de la législation économique qu’obnubilés par l’amélioration de leurs conditions de vie. On peut les comprendre. Et la question de fond est finalement la suivante : comment vont les Algériens en 2010 ? Miloud Brahimi, ténor du barreau, infatigable militant des droits de l’homme, estime que ses compatriotes vont « incontestablement mieux, mais pas pour autant bien ».

L’injection massive de capitaux publics dans la réalisation d’infrastructures de base, le lancement de projets faramineux en matière d’habitat, de santé ou d’éducation ont certes contribué à améliorer la situation en matière de développement humain. Mais « la demande est si forte, les retards accumulés sont si importants, que l’amélioration demeure peu perceptible par les citoyens », poursuit Me Miloud Brahimi. Pour Hafida Brakni, architecte à Mostaganem (nord du pays), « l’habitat précaire représentait au début de la décennie près de 10 % du parc national de logements. La construction de plus de 2 millions de logements, couplée à la destruction de 150 000 d’entre eux dans les bidonvilles, a ramené ce taux à 5 %. Une performance considérable mais trop peu visible, car des bidonvilles enlaidissent encore nos agglomérations ».

Candidats à l’émigration

Durant la même période, le taux de chômage a été réduit aux deux tiers. Les salaires de la fonction publique ont été augmentés de 50 % en moyenne, avec une inflation contenue sous la barre des 5 %. Le parc automobile a été considérablement rajeuni, avec l’introduction de plus de 2 millions de véhicules. Partout ailleurs, des performances économiques similaires apaiseraient durablement le front social. Pas en Algérie.

La moindre distribution de logements neufs tourne à l’émeute. Les annonces d’augmentation des salaires sont accueillies par des grèves. La population universitaire a beau être estimée à 1,5 million d’étudiants, et le nombre de jeunes scolarisés évalué à plus de 10 millions, la rue n’évoque que les harraga (les « brûleurs »), ces candidats à l’émigration vers l’Europe qui risquent leur vie à bord d’embarcations de fortune. Slameur de génie, Lotfi Double Kanon explique que « le harrag ne fuit pas son pays, mais ses dirigeants ». Quitter l’Algérie à tout prix ne signifie pas que l’on ne l’aime pas. La fièvre nationaliste qui s’est emparée du pays après la qualification, en novembre 2009, de l’équipe nationale pour la Coupe du monde de football en est la plus belle des illustrations. Alors pourquoi tant de haine ?

« Le régime tire sa légitimité non pas des urnes, explique Ahmed Ancer, journaliste à El Watan, mais d’une guerre de libération vécue par une minorité de la population. » Plus de 80 % des 35,6 millions d’Algériens sont nés après le 5 juillet 1962, date de l’indépendance, alors que l’écrasante majorité des dirigeants est issue de cette « génération FLN » qui a combattu la puissance coloniale. C’est à l’aune de ce décalage, voire de cette incompréhension, que la question de l’après-Bouteflika prend tout son sens. Après avoir monopolisé le pouvoir pendant cinquante ans, cette génération est-elle en mesure de préparer la transmission du pouvoir ? « La méfiance à l’égard des gouvernants n’est pas exclusivement d’ordre générationnel, estime Ahmed Ancer. Elle est aussi alimentée par le fonctionnement du pouvoir, où le népotisme sévit au détriment de la méritocratie. Conséquence : le système se régénère et la rente se perpétue. »

Tous pourris ? Assurément non. Mais quand la compétence n’est pas le principal critère dans le choix des hommes et de leurs promotions, la performance est plus aléatoire. Exemple : si les annonces de hausse des salaires déclenchent débrayages et sit-in, c’est que les écarts de revenus et les passe-droits parasitent le débat social, exacerbent les frustrations et radicalisent les revendications. Nabil, cadre dans une banque publique, nous l’explique à sa façon : « Je gagne 35 000 dinars [environ 370 euros] par mois. Pour les mêmes responsabilités, un cadre d’une banque privée gagne 140 000 dinars, soit quatre fois plus. Quand on gère des portefeuilles client sur lesquels les crédits se négocient en milliards de dinars, il est très difficile de résister à l’appel des sirènes de la tchipa [pot-de-vin, NDLR]. » Mais tel un poison à effet progressif, la corruption a sapé le moral des Algériens pour les entraîner dans une sorte de défaitisme collectif. Et ce quelle que soit la volonté du pouvoir de remettre un peu d’ordre dans la maison.

Multiplication des scandales

Le nombre d’élus et de hauts fonctionnaires sous les verrous (estimé à plus de 2 000), la multiplication de scandales financiers – comme celui de Sonatrach en janvier –, ou encore la tenue de procès retentissants comme celui de l’affaire Khalifa, en février 2007 – au cours duquel plusieurs ministres ont été entendus –, ne suffisent pas à rassurer l’opinion. Pis, cette succession de révélations alimente la grogne, voire la colère. Malgré tous les efforts en matière de transparence dans l’utilisation de l’argent du pétrole (près de 500 milliards de dollars – 400 milliards d’euros – auront été investis entre 2004 et 2014), les 10 milliards de dollars de transferts sociaux annuels (subventions des produits de première nécessité et soutiens aux catégories les plus fragiles de la population) et le recul incontestable de l’extrême pauvreté, les Algériens demeurent sceptiques. Et les jeunes, diplômés ou non, continuent à rêver de l’Australie ou du Canada.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Croissance à marche forcée

Flux RSS Jeune Afrique - Tenez-vous au courant des derniers articles publiés en souscrivant au fil d'information RSS de Jeune Afrique - En savoir plus
Widget jeune Afrique - Rassemblez les actus, les photos et les vidéos sur votre page personnalisée - EN SAVOIR PLUS