Extension Factory Builder

DossierMandat d'arret contre Béchir: les réactions

30/03/2009 à 10:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les dirigeants de la province semi-autonome du Sud-Soudan s’inquiètent des conséquences néfastes que risque d’avoir le mandat d’arrêt lancé par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président Omar el-Béchir. Après quarante ans d’une atroce guerre civile (2 millions de morts), les sécessionnistes du Mouvement de libération du peuple du Soudan (SPLM) et le pouvoir central de Khartoum ont, en 2005, conclu un accord de paix qui prévoit la tenue d’élections, cette année, et d’un référendum d’autodétermination, en 2011. Or il est probable qu’El-Béchir prendra prétexte de la situation d’exception créée par le mandat d’arrêt pour repousser sine die ces deux consultations. Ce qui pourrait déboucher sur un dramatique retour à la case départ.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

DANS CE DOSSIER

Flux RSS Jeune Afrique - Tenez-vous au courant des derniers articles publiés en souscrivant au fil d'information RSS de Jeune Afrique - En savoir plus
Widget jeune Afrique - Rassemblez les actus, les photos et les vidéos sur votre page personnalisée - EN SAVOIR PLUS