Fermer JeuneAfrique.com

Centrafrique : Bozizé et Tiangaye en chiens de faïence

24/01/2013 à 19:07 Par François Soudan
Le président Bozizé dans son palais de Bangui, le 8 janvier 2013. Le président Bozizé dans son palais de Bangui, le 8 janvier 2013. © Sia Kambou/AFP

L'accord conclu à Libreville le 11 janvier place le chef de l'État, François Bozizé, sous surveillance. La plupart de ses prérogatives, c'est au nouveau Premier ministre qu'elles reviennent.

Le chef est nu, mais il reste le chef. À en juger par les attendus de l'« accord politique de Libreville sur la résolution de la crise politico-sécuritaire en République centrafricaine » signé le 11 janvier sous la houlette - et parfois la dictée - des présidents tchadien et congolais Déby Itno et Sassou Nguesso, le général François Bozizé est désormais, et pour les trois années à venir, un chef d'État sous tutelle. À l'image en somme de ce qu'est devenu son propre pays. Contraint de concéder l'essentiel du pouvoir exécutif à un gouvernement de transition dirigé par un Premier ministre, Nicolas Tiangaye, issu des rangs de l'opposition, réputé peu malléable et de surcroît irrévocable, le président centrafricain ne pourra pas compter sur une Assemblée nationale à sa dévotion pour bloquer ou contourner son action. En attendant des législatives anticipées, les députés sont en effet tenus de voter « en l'état » les projets de loi adoptés par le gouvernement.

François Bozizé, dont l'accord du 11 janvier précise qu'il « ne peut se présenter pour un autre mandat » en 2016, est donc rentré à Bangui à bord du vieux C-130 Hercules présidentiel, délesté de la plupart de ses prérogatives et sous haute surveillance de ses pairs d'Afrique centrale, qui ont prévu un étroit mécanisme de contrôle de la « bonne foi des parties ». En échange, le chef de l'État centrafricain demeure l'hôte du Palais de la renaissance, alors que ses adversaires exigeaient son départ immédiat. Un maintien dans les lieux payé au prix fort.

Quelle posture pour Bozizé ?

C'est désormais l'heure des choix pour François Bozizé. Soit il adopte une posture, nouvelle pour lui, de sage au-dessus de la mêlée, arbitre et régulateur des conflits qui ne tarderont pas à survenir dans la perspective de sa succession, tout en préparant sa sortie. Soit il compte sur le temps, l'usure et les divisions déjà apparentes entre les rebelles de la Séléka et une classe politique dont les principaux leaders se bousculent au portillon de la future élection présidentielle pour élargir sa marge de manoeuvre, se réintroduire dans le jeu, et, qui sait, rebattre les cartes.

Dans cette éventualité, il lui faudra, à lui comme aux autres, s'assurer ce qui en Centrafrique plus qu'ailleurs est la condition essentielle de toute survie : des moyens financiers, d'autant plus convoités qu'ils sont rares. En dehors des très faibles recettes budgétaires classiques, dont la gestion reviendra au Premier ministre, qui demain contrôlera les revenus du diamant et des contrats miniers ? Le président va sans doute exciper de l'article 8 de l'accord de Libreville, qui le fait « garant de la sécurité des personnes et des biens sur l'ensemble du territoire national », pour exiger sa part. Nul doute qu'elle lui sera âprement disputée. 

Tous droits de reproduction et de représentation