Fermer JeuneAfrique.com

Mali : Iyad Ag Ghali, la charia à tout prix

07/06/2012 à 10:25 Par Malika Groga-Bada
Le meneur des mouvements de 1990 et 2006 (à g., turban blanc), à Bamako, en 2003. Le meneur des mouvements de 1990 et 2006 (à g., turban blanc), à Bamako, en 2003. © Reuters

Le fondateur du groupe Ansar Eddine, Iyad Ag Ghali, exige l'instauration d'un régime islamique rigoriste dans le nord du Mali. Quitte à faire échouer l'alliance nouée avec la rébellion touarègue laïque du MNLA.

Au sein du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), la colère gronde. « On a fait des concessions en acceptant un État islamique, s'emporte un membre du mouvement sécessionniste. Maintenant, c'est à lui de faire des efforts. » « Lui », c'est Iyad Ag Ghali, fondateur du groupe islamiste Ansar Eddine. Au MNLA, on était sûr que cet enfant des Ifoghas, de la tribu Irayakan, reviendrait au bercail sans conditions. Las, au contact des salafistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), il a changé.

Désormais, celui qui se fait appeler Abou Fadil exige un État de l'Azawad wahhabite, dirigé selon les principes les plus rigoristes de la loi islamique. Ne s'exprimant plus qu'en arabe, il a tendance à prendre de haut ceux qui ont adopté la langue des mécréants. Au lieu de rompre avec ses alliés d'Aqmi, il propose à présent de leur faire une petite place dans la région. Des positions qui ont conduit, le 1er juin, à la rupture : en grande majorité favorable à un islam tolérant, le MNLA a récusé le protocole d'accord scellant la fusion avec Ansar Eddine. « On se bat pour la démocratie, pas pour [l'intégrisme], maugrée Nina Wallet Intalou, l'une des principales figures du MNLA, exilée en Mauritanie. Il est hors de question que je sois obligée de porter le niqab, ce n'est pas notre culture ! »

Légion verte

Comme beaucoup d'autres Touaregs, rebelles d'hier ou d'aujourd'hui, elle ne reconnaît plus le fringant « Iyad », amateur de bonne chère et de virées nocturnes. Celui qui savait parler et convaincre, « sans jamais un mot plus haut que l'autre », selon l'un des anciens de la rébellion de 1990. Et encore moins l'« Iyad » d'Abeïbara (région de Kidal), la ville où il est né, en 1958.

Fils d'un ancien guide colonial, il a arrêté ses études après l'école élémentaire, au début des années 1970. Le contexte de l'époque est difficile. La grande sécheresse de 1974 a décimé les troupeaux et contraint les populations à migrer vers de meilleurs pâturages : le Niger, l'Algérie, la Libye... C'est d'ailleurs dans ce pays qu'il touche sa première arme, enrôlé dans la Légion verte de Mouammar Kadhafi. Il fait le coup de feu en Palestine, dans la bande d'Aouzou (Tchad), au Liban aussi. Et c'est fort de son expérience de guerrier qu'en 1990, de retour au Mali, il se donne une nouvelle mission : libérer les Touaregs du joug des « Sudistes ». À la tête du Mouvement populaire pour la libération de l'Azawad (MPLA), Iyad Ag Ghali rassemble derrière lui tous les « Blancs », Touaregs et Arabes. En 2006, lorsqu'il prend la tête d'une nouvelle rébellion, il ne fait plus autant l'unanimité : les peuples du Nord sont las de la guerre. Sans compter qu'« il n'y avait que les chefs qui tiraient leur épingle du jeu », se souvient, amer, un ex-combattant.

Proximité avec les cercles salafistes

Mais Ag Ghali reste influent dans sa région d'origine. Depuis son premier séjour à La Mecque, en 2003, il passe même pour un sage. Usant de son entregent, il parvient à se faire nommer vice-consul du Mali en Arabie saoudite. Entré en fonction en 2008, il n'occupera ce poste que deux ans avant d'être rappelé à Bamako, en raison de sa « trop grande proximité avec des cercles salafistes », soutient-on dans l'entourage de l'ex-président Amadou Toumani Touré. Une proximité que le pouvoir utilisera néanmoins pour obtenir la libération d'otages, comme celle du Français Pierre Camatte en février 2010.

Soutenu financièrement par Aqmi, renforcé par les ralliements de jeunes Touaregs, Iyad Ag Ghali pourrait bien disputer au MNLA - et à son chef militaire, Mohamed Ag Najim - le leadership dans la zone. « C'est un homme de pouvoir, et il fera tout pour l'obtenir », prédisait un de ses anciens compagnons d'armes au début du conflit, en janvier. Au risque d'embraser l'Azawad ?

Tous droits de reproduction et de représentation