Fermer JeuneAfrique.com

Tchad - Centrafrique : Taïgue Ahmed, sauver l'âme et le corps

16/02/2012 à 11:32 Par Justine Spiegel
Taïgue Ahmed, chorégraphe tchadien, danse pour éduquer. Taïgue Ahmed, chorégraphe tchadien, danse pour éduquer. © Vincent Fournier/J.A

Depuis 2006, le chorégraphe tchadien Taïgue Ahmed aide les réfugiés centrafricains à retrouver confiance en eux et à renouer avec leur culture.

Taïgue Ahmed ne danse pas juste pour le plaisir. Il danse pour éduquer. Grâce à l'expression corporelle, il apprend aux réfugiés centrafricains du sud du Tchad à retrouver confiance en eux. « Traumatisés par la guerre, ils se réapproprient également leur propre culture », précise le chorégraphe tchadien. Sur le continent, son pays est l'un de ceux qui comptent le plus de réfugiés, 300 000 selon le dernier rapport du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR). « Les enfants ne voient que des armes, il n'y a pas de jeux, rien pour s'occuper. » Alors, en partenariat avec le HCR, Taïgue anime depuis 2006 des stages de danse dans les camps d'Amboko, de Gondjé et de Dosseye, près de Goré. En novembre dernier, il a réitéré avec les réfugiés de Moula et de Yaroungou, et a bénéficié du soutien du fonds de dotation français African Artists for Development (AAD).

Ces ateliers sont aussi l'occasion de faire passer des messages de prévention, grâce à des chansons qu'il écrit lui-même. Un moyen d'aborder les questions de l'hygiène, des conflits ethniques ou des grossesses précoces et d'interdire le port du couteau pendant les cours. Et surtout de réconcilier les différentes ethnies entre elles mais aussi avec les habitants des villages alentour, sur les terres et les champs desquels les réfugiés sont installés. « Grâce aux danses traditionnelles, nous sommes de la même famille et nous parlons le même langage, assure-t-il. Les échanges culturels peuvent nous lier. » Et, pour que les réfugiés comprennent que la danse n'est pas limitée aux camps, il a créé un festival dans la capitale, N'Djamena, et organise des rencontres avec des danseurs contemporains internationaux. « Nous leur expliquons qu'ils peuvent exprimer ce qu'ils ont vécu à travers l'art et qu'ils n'ont plus besoin de repartir prendre les armes. »

Déguisé en fillette

La « danse-thérapie », Taïgue Ahmed la connaît bien. Dans son dernier solo, Crache mon histoire, il dévoile son parcours. Né à Laï (Sud), il affronte dès l'âge de 5 ans la guerre civile. Pour le sauver des massacres dans son village, sa mère le déguise en fillette. À 22 ans, il parviendra à s'extirper des troupes militaires dans lesquelles il avait été enrôlé de force. Il continue de présenter en Afrique cette pièce, conçue en 2009 lors de sa résidence au Centre national de la danse de Pantin, en région parisienne. Un soir, à l'issue d'une représentation au Congo-Brazzaville, une jeune femme est venue lui confier qu'elle vivait la même chose dans son pays. « Je m'engage par la danse, car elle me permet de m'exprimer pour faire avancer les droits de l'homme et la justice dans nos pays », explique Taïgue.

Il dit avoir réalisé que l'on peut s'exprimer en dansant grâce à la chorégraphe française d'origine béninoise Julie Dossavi. Lorsqu'il rejoint, en 2003, les ateliers qu'elle anime à N'Djamena, il découvre la danse contemporaine, lui qui a été formé à la danse traditionnelle dès l'âge de 13 ans par l'un des chorégraphes du Ballet national tchadien. Dossavi le fait travailler avec deux autres danseurs dans Être dans la peau d'une femme, un spectacle qu'ils présentent en France en 2006.

La danse permet de m'exprimer pour faire avancer les droits de l'homme et la justice dans nos pays.

Taïgue Ahmed, chorégraphe tchadien

« Cette pièce m'a beaucoup parlé car c'est difficile d'être une femme en Afrique, je le vois dans ma propre famille. J'ai alors décidé d'écrire mon solo pour raconter mon histoire, avant d'encourager les réfugiés à le faire aussi. » Taïgue Ahmed souhaite encourager d'autres chorégraphes africains à suivre son exemple dans les camps de leurs pays respectifs. Ainsi, dans le cadre du projet « Refugees on the Move » d'AAD, il en formera neuf autres. Les premiers ateliers se tiendront au printemps au Congo-Brazzaville, avec le chorégraphe Marie-Bède Koubemba.

Tous droits de reproduction et de représentation