Fermer JeuneAfrique.com

Mali : les forces françaises et tchadiennes contrôlent Tessalit, près de la frontière algérienne

08/02/2013 à 15:15 Par Jeune Afrique
Un convoi des forces françaises se dirige vers Gao, le 7 février 2013. Un convoi des forces françaises se dirige vers Gao, le 7 février 2013. © Pascal Guyot/AFP

Selon l'état-major des armées françaises, les troupes de l'opération Serval ont pris le contrôle de Tessalit, à 90 km de la frontière algérienne. En appui : de nombreuses frappes aériennes et des soldats tchadiens.

Mis à jour à 16h30.

La reconquête du Nord-Mali enclenchée par l’opération Serval se poursuit. Après avoir chassé les jihadistes des villes de Konna, Tombouctou, Gao, Kidal et Aguelhok, les forces françaises, épaulées par des soldats tchadiens, contrôlent désormais Tessalit, à quelque 90 km de la frontière algérienne, a affirmé le porte-parole de l’état-major des armées, le colonel Thierry Burkhard.

« Une opération aéro-terrestre a eu lieu durant la nuit. Des éléments français des forces spéciales ont été parachutés sur l'aéroport de Tessalit avec pour objectif de sécuriser la piste », a-t-il déclaré à l'AFP. Les forces françaises contrôlent à présent la localité ».

« Après le parachutage d'un premier groupe, d'autres éléments des forces spéciales ont débarqué d'un avion de transport de troupes pour sécuriser de manière un peu plus large l'aéroport », a précisé le colonel, selon qui le dispositif a ensuite été renforcé par une cinquantaine de soldats du 1er Régiment de chasseurs parachutistes (RCP).

Carte de la situation sécuritaire au Mali.

Frappes aériennes

En appui de cette opération, des hélicoptères et des avions de combat ont fait une trentaine de sorties durant la nuit. Parallèlement, des éléments du 1er RIMa (l'infanterie de marine), ont rejoint la zone de Tessalit dans la matinée après être partis de Gao, à 500 km plus au sud. C'est dans cette même ville qu'a eu lieu, vendredi matin, le premier attentat kamikaze commis au Mali, revendiqué par le Mouvement pour l'unicité du jihad en afrique de l'Ouest (Mujao), qui menace de mener d'autres actions du même type.

Un jeune homme à moto, qui avait revêtu un uniforme de la gendarmerie malienne, a fait explosé sa ceinture d'explosifs près de soldats maliens, se tuant et faisant un blessé. Il transportait avec lui un obus qui n'a heureusement pas explosé.

Les régions d'Aguelhok et de Tessalit, à 200 km au nord de Kidal, sont la cible depuis plusieurs jours d'intenses frappes aériennes françaises, visant des dépôts logistiques et des centres d'entraînement des groupes islamistes. C'est dans cette vaste région près de la frontière algérienne que se trouverait les sept otages français retenus au Mali, d'après Paris.

(Avec AFP)

___________

La mission de formation militaire de l’UE débarque

Le premier contingent de 70 militaires européens qui vont former l'armée malienne est arrivé vendredi à Bamako, afin d'aider le Mali à assurer sa sécurité à long terme, une fois terminées les opérations militaires en cours contre les groupes islamistes armés dans le Nord du pays.

« Nous sommes venus pour permettre à l'armée malienne de tenir l'ensemble du territoire national et pour que le Mali dispose d'une bonne armée, apte à s'engager », a déclaré à l'AFP le colonel français Bruno Heluin, qui commandait ce premier contingent. Au total, 500 militaires européens sont attendus dans le cadre de cette mission. (AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation