Fermer JeuneAfrique.com

CAN 2013 : la Côte d'Ivoire face au mur nigérian

01/02/2013 à 19:47 Par Alexis Billebault
Les buteurs nigérians et ivoiriens Emenike et Gervinho. Les buteurs nigérians et ivoiriens Emenike et Gervinho. © Reuters/AFP/Montage J.A.

Grandissime favori de la CAN 2013 et invaincue depuis le début du tournoi, la Côte d’Ivoire va devoir franchir l’obstacle nigérian, dimanche 3 février, à Rustenburg, pour continuer à rêver du sacre continental.

La Zambie tenante du titre est partie, et les outsiders marocain, algérien et tunisien ont quitté l’Afrique du Sud l’esprit embrumé de multiples interrogations. Mais la Côte d’Ivoire, championne d’Afrique des pronostics depuis près d’unedécennie est là, confortée par un premier tour (presque) parfaitement maîtrisé (deux victoires et un match nul). « Tout le monde connaît cette équipe, la valeur de ses individualités et ses arguments techniques. Et personne n’ignore quel est son objectif. Elle veut être championne d’Afrique, et rien d’autre », résume Alain Giresse, le nouveau sélectionneur du Sénégal.

« Elle ne joue pas toujours très bien. Mais pour elle, est-ce vraiment le plus important ?» poursuit-il. « Il y a des joueurs pour qui cette CAN sud-africaine est l’ultime chance de remporter ce titre continental. Cela fait des années que la Côte d’Ivoire est donnée gagnante, mais elle n’a jamais rien remporté. La manière est une chose, mais je pense que la finalité est leur priorité. »

"Reconstruction"

Seulement, la Côte d’Ivoire va devoir affronter le Nigeria, un ex-géant africain bourré d’orgueil et débordant d’ambition, et passé par un trou de souris au premier tour grâce à deux penalties tardifs de Moses face à l’Éthiopie (2-0). « Ce n’est plus le grand Nigeria », nuance Giresse. « C’est une équipe en reconstruction. » Tout le contraire de la Côte d’Ivoire, plutôt dans une logique d’aboutissement. « Mais le Nigeria peut poser des problèmes à l’équipe de Lamouchi, notamment sur le plan athlétique. » Ce qui n’empêche pas Giresse de pencher pour les Éléphants…

Tous droits de reproduction et de représentation