Fermer JeuneAfrique.com

Un Francais d'origine portugaise enlevé à Diéma, dans l'ouest du Mali

21/11/2012 à 11:36 Par Jeune Afrique
Les hommes d'Aqmi sont suspectés d'être derrière l'enlèvement. Les hommes d'Aqmi sont suspectés d'être derrière l'enlèvement. © AFP

Un Francais d'origine portugaise de 61 ans a été enlevé, mardi 20 novembre dans la soirée, dans la localité de Diéma, située dans la région de Kayes (ouest du Mali). L'identité de ses ravisseurs n'est pas connue.

Mis à jour à 13h00.

« Un Européen parlant francais a été enlevé mardi soir à Diéma par sept hommes armés ayant la peau claire, ça c’est très vite passé », a déclaré une source sécuritaire de la région de Kayes, information confirmée par une source administrative de cette ville proche des frontières avec le Sénégal et la Mauritanie.

Un peu plus tard dans la matinée de mercredi, une source du Quai d'Orsay a précisé que l'homme était de nationalité franco-portugaise.

Il circulait dans un véhicule Peugeot de couleur blanche venant de Mauritanie au moment de son enlèvement. « Il avait la cinquantaine et a été enlevé par des hommes armés à la peau claire. Les recherches sont en cours », a précisé la source administrative mauritanienne.

Selon l'Agence mauritanienne d'information (AMI), l'homme s'appelle Jules Berto Rodriguez Léal. Né le 18 juillet 1951 à Laurichal (Portugal), il avait quitté le territoire mauritanien mardi vers 11 heures, au poste frontière de Gogui.

L'ombre d'Aqmi

Il y a environ quatre ans, un couple italo-burkinabé avait été enlevé dans cette même région par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ils avaient été libérés après quelques mois de détention contre paiement d’une rançon.

Aqmi est l’un des trois groupes islamistes armés qui, avec le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et Ansar Eddine (défenseurs de l’islam), occupent entièrement le Nord du Mali depuis fin juin. Aqmi y retient en otage neuf Européens, dont six Français, enlevés en septembre 2010 et novembre 2011. Le Mujao retient au moins trois otages algériens.

(Avec AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation