Fermer JeuneAfrique.com

Cameroun : Théophile Abega n'est plus, Bell et Milla lui rendent hommage

15/11/2012 à 19:21 Par Georges Dougueli
Théophile Abega est élu meilleur joueur de la CAN en 1984. Théophile Abega est élu meilleur joueur de la CAN en 1984. © DR

Théophile Abega est décédé d’une crise cardiaque, à l'âge de 58 ans, jeudi 15 novembre à Yaoundé. Ancien capitaine des Lions indomptables du Cameroun, il a marqué le football africain des années 1970 et 1980. Roger Milla et Joseph Antoine Bell témoignent.

Sacré champion du Cameroun à plusieurs reprises, deux fois vainqueur de l’ancienne formule de la Ligue africaine des champions avec le mythique Canon de Yaoundé, vice-capitaine des Lions au Mondial espagnol de 1982… Théophile Abega est un monument du football africain. Il s'est éteint à Yaoundé, le 15 novembre, victime d'une crise cardiaque.

Théophile Abega vit le couronnement de sa carrière, qui avait commencé en 1973,  lorsqu'il est élu meilleur joueur de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de 1984 en Côte d’Ivoire et, en toute logique, meilleur joueur africain de l’année. Personne n'a oublié son but décisif en finale contre le Nigeria (voir la vidéo ci-dessous).

En 1984, il signe au Toulouse FC, en France, avant de poursuivre et de finir sa carrière professionnelle à Vevey, en Suisse. En 1989, Abega raccroche les crampons et devient président du club de son cœur, le Canon de Yaoundé. Parallèlement, l’idole des stades entame une carrière politique et en 2007, se fait élire maire de la commune du 4e arrondissement de Yaoundé.

Deux anciens Lions témoignent

Roger Milla, ancien attaquant des Lions Indomptables, meilleur joueur africain de tous les temps :

« C’était plus qu’un ami, un frère. Comme footballeur, il restera pour moi sans aucun doute comme le meilleur de notre génération. Sur le plan technique, il était le plus fort. Je me souviens encore du but en finale à Abidjan, en Côte d’Ivoire, en 1984 contre le Nigeria. J’ai revu les images et écouté le reporter qui crie "Abega-Milla-Abega"…but ! Trop de souvenirs se bousculent dans ma tête. »

Joseph Antoine Bell, ancien gardien de buts des Lions indomptables :

« Je suis triste car je l’ai vu récemment et il ne me semblait pas malade. Ce que je retiens de lui, c’est son immense talent. J’ai rarement vu un joueur qui contrôlait le ballon sans le regarder. Quand je suis arrivé à Marseille, sa réputation m’avait précédé. Tout le monde me parlait de ce joueur évoluant à Toulouse qui jouait sans baisser la tête.

Et puis, quelle élégance dans la conduite de balle… Il avait déjà fait du chemin mais à l’époque, le football n’était pas très médiatisé. Aujourd’hui, les jeunes ne peuvent pas imaginer à quel point les anciens avaient du talent ».

Le résumé de la finale de la CAN de 1984 en Côte d'Ivoire, entre le Cameroun et le Nigeria (3-1) :

Tous droits de reproduction et de représentation