Fermer JeuneAfrique.com

RDC - CAN 2013 : dernière ligne droite pour les joueurs de Claude Le Roy

06/09/2012 à 16:50 Par Alexis Billebault
Claude Le Roy, sélectionneur de l'équipe de RDC. Claude Le Roy, sélectionneur de l'équipe de RDC. © AFP

Absente lors des trois dernières CAN, la RDC pourrait retrouver l’élite du football continental l’hiver prochain en Afrique du Sud. À condition de bien négocier l’obstacle équato-guinéen, et si possible dès le 9 septembre, au stade des Martyrs de Kinshasa.

À la fin du mois de mai, fatigué par les à peu près de l’organisation congolaise, Claude Le Roy avait menacé de tout envoyer promener. Depuis, il a repoussé les approches de la fédération kényane, notant au passage certaines améliorations dans le quotidien de la sélection. Mais le 28 août dernier, Constant Omari, président de la Fédération congolaise de football (Fecofa), a profité d’une conférence de presse pour en remettre une louche, s’attaquant cette fois-ci au gouvernement et son « insensibilité » quant à la préparation du match du 9 septembre face à la Guinée Équatoriale, comptant pour les qualifications de la CAN 2013. « Constant Omari a critiqué la culture de l’urgence, et il a raison, même si on sait que sur ce continent, il faut se battre malgré le manque de moyens », commente Claude Le Roy. Mais pour l'heure, la combativité du sélectionneur des Léopards est plus que jamais concentrée sur la première partie de la double confrontation avec le Nzalang Nacional.

Le grand retour de Mbokani

Et pour cause, la RDC n’a plus participé à une phase finale de CAN depuis 2006 en Égypte. « Il va falloir éliminer la Guinée Equatoriale, en sachant que ce ne sera pas simple, car cette équipe, avec tous ses Camerounais et Ivoiriens naturalisés très rapidement, progresse ». Mais l’ancien coach du Cameroun, qui récolte les fruits de sa persévérance,  peut compter sur le retour en sélection nationale de plusieurs internationaux. « Dieumerci Mbokani (Anderlecht, Belgique), je l’ai vu plusieurs fois à Bruxelles. Il a fallu le convaincre et convaincre ceux qui ne voulaient plus le revoir. J’ai fait lever sa suspension en sélection. Youssouf Mulumbu (West Bromwich Albion, Angleterre), Alain Kaluyituka (Al Kharaitiyat, Qatar), eux-aussi sont revenus, car ils croient en mon projet. »

Avec Jires Kembo-Ekoko, fraîchement transféré de Rennes à Al-Aïn (Émirats Arabes Unis), Le Roy n’a pas eu le même succès. « Lui et quelques autres, comme Eliaquim Mangala (FC Porto, Portugal) ou Terance Makengo (Auxerre, France), réfléchissent. » Mais la patience du sélectionneur a des limites, les ralliements tardifs, et surtout en cas de qualification pour la CAN, pourraient être malvenus…

Tous droits de reproduction et de représentation