Fermer JeuneAfrique.com

Sénégal : un mort à Rufisque, nouvel appel de l'opposition à manifester

20/02/2012 à 13:22 Par Jeune Afrique
Affrontements entre des policiers et des manifestants, le 18 février 2012 à Dakar. Affrontements entre des policiers et des manifestants, le 18 février 2012 à Dakar. © AFP

L’opposition sénégalaise a appelé à une nouvelle manifestation à Dakar lundi 20 février, toujours pour protester contre la candidature d’Abdoulaye Wade. Une annonce qui intervient alors qu’un jeune homme est décédé de ses blessures, suite aux affrontements entre police et manifestants ce week-end.

Nouvel appel à manifester de l’opposition sénégalaise ce lundi 20 février, malgré l’interdiction officielle de tout rassemblement par les autorités du pays.

« Nous lançons un appel à manifester à 15 heures (locales et GMT) place de l'Indépendance », a déclaré Alioune Tine, le coordinateur du Mouvement du 23 juin (M23), une coalition regroupant des partis d'opposition et des organisations issues de la société civile. Une information confirmée par la porte-parole d'un des candidats de l'opposition à la présidentielle, Cheikh Bamba Dièye, par ailleurs maire de Saint-Louis.

Cette nouvelle manifestation contre la candidature du président Abdoulaye Wade à la présidentielle est prévue alors que les précédents rassemblements ont entraîné des affrontements violents avec les forces de l’ordre, notamment dans le quartier d’affaires du Plateau où se situe la place de l’Indépendance. À plusieurs reprises, la police a réprimé les manifestants, tirant des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc, et même des pierres. Les heurts se sont étendus à d’autres quartiers de la capitale et dans plusieurs de ses banlieues. Bilan des violences dans la région de Dakar depuis vendredi : un mort et une vingtaine de blessés.

"La victime ne manifestait pas"

Un jeune homme est en effet décédé dimanche soir près de Rufisque, après avoir été blessé à la tête par une pierre lors d'affrontements entre les manifestants et les policiers, a déclaré lundi son tuteur, un imam de la confrérie musulmane tidiane. « La victime ne manifestait pas, il était allé à la pâtisserie acheter du pain pour le dîner de la famille », a raconté l'imam Abdoul Aziz Ndoye, cité par l'Agence de presse sénégalaise. Une iinformation qui n’a pas été confirmée par les autorités.

La mort du jeune homme survient le surlendemain de celle d'un autre jeune à Kaolack, et porte à six le nombre des décès pendant les violences consécutives à la validation de la candidature d’Abdoulaye Wade par le Conseil constitutionnel, le 27 janvier dernier.

(Avec AFP)

 

Tous droits de reproduction et de représentation