Fermer JeuneAfrique.com

Photographie : les Rencontres de Bamako distribuent leurs prix

04/11/2011 à 19:14 Par Camille Belsoeur
Le Ghanéen Nyani Quarmyne photographie ici l'érosion des côtes de son pays. Le Ghanéen Nyani Quarmyne photographie ici l'érosion des côtes de son pays. © Nyani Quarmyne

Pour sa neuvième édition, la biennale africaine de la photographie organisée à Bamako a récompensé plusieurs artistes "durables". palmarès.

Articulées autour de la thématique « un monde durable », les Rencontres de Bamako 2011 ont décerné leurs lauriers. Six prix, dotés de 1500 à 3000 euros, ont été remis par un jury de cinq personnes : Elda Arrington (Argentine), Abdoulaye Konaté (Mali), Yacouba Konaté (Côte d’Ivoire), Assane Kouyaté (Mali) et Antonio Pinto Ribeiro (Portugal).

Décerné par le ministère de la Culture du Mali, le prix Seydou Keïta, Grand Prix des Rencontres de Bamako, a été attribué au photographe sud-africain Pieter Hugo. Puis vient celui de l’Union Européenne, distinguant le meilleur travail de photographie de presse ou de reportage pour un photographe originaire d’un pays d’Afrique, des Caraïbes ou du Pacifique, qui a récompensé ex-aequo Nyaba Leon Ouedraogo (Burkina Faso) et Nyani Quarmyne (Ghana). Ce dernier, né en Inde d’un père ghanéen et d’une mère philippine, a réalisé un travail remarqué sur l’érosion accélérée et menaçante des côtes ghanéennes (voir photo ci-dessus).

Le prix du Jury est quant à lui revenu à Jehad Nga (Libye), tandis que celui remis par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), qui récompense le « meilleur photographe francophone », a été décerné au Marocain Khalil Nemmaoui (photo ci-contre). Connu notamment pour sa série La Maison de l’arbre, il a développé un travail de prises d’images autour de la confrontation/cohabitation entre le végétal et les créations humaines.

Enfin, le prix Casa Afrique, remis à un photographe résidant en Afrique, revient à Elise Fitte-Duval, une Française d’origine martiniquaise. Quant au prix de la Fondation Blachère, qui récompense le travail d’un jeune vidéaste, il a primé l’Égyptien Khalid Hafez.

Tous droits de reproduction et de représentation