Extension Factory Builder
13/08/2013 à 18:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il ne se passe pas une semaine sans que de nouveaux combats soient signalés dans l'est de la RDC. Les violences qui dévastent la région depuis deux décennies ont coûté la vie à plus de cinq millions de personnes. Et pourtant, elles font rarement les gros titres des journaux. Plus personne ne semble s'en indigner, malgré le lourd tribut payé par les femmes et les enfants dans cet interminable conflit. Mais comme je l'ai dit le mois dernier devant le Conseil de sécurité de l'ONU : jamais je n'accepterai que le viol devienne la norme.

Lorsque Ban Ki-moon m'a demandé de devenir son envoyée spéciale pour la région des Grand Lacs, je me suis senti une responsabilité particulière envers les mères, les filles et les grands-mères qui, depuis ma première visite dans la région en tant que chef de l'État irlandais, en 1994, ont partagé leurs souffrances avec moi à Bujumbura, Bukavu, Goma, Kigali ou Kinshasa.

Ce sont elles qui ont le plus souffert. Et pourtant, j'estime que ce sont aussi ces femmes qui sont le meilleur espoir de paix pour la région. Lorsque les hommes prennent les armes, ce sont les femmes qui maintiennent le tissu communautaire. Cela les rend plus fortes et mieux à même de jouer un rôle clé pour assurer une paix durable, comme l'ont montré les exemples de l'Irlande du Nord et du Liberia. Sans leur soutien, aucun accord ne peut tenir.

>> Lire aussi : RDC : le médecin des femmes violées salue la suspension de 12 militaires

J'estime que l'accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RD Congo et la région, signé par onze pays africains à Addis-Abeba en février, offre une occasion de faire les choses différemment. C'est pour cela que je l'ai baptisé "l'accord de l'espoir". J'ai commencé à travailler à sa mise en oeuvre à la fois "par le haut", avec les onze chefs d'État signataires, et "par le bas", avec les populations qui en seront les véritables bénéficiaires.

En tant que première femme à être nommée à un poste d'envoyé spécial de l'ONU, je me suis engagée à faire en sorte que les femmes soient représentées à la table des négociations. Le mois dernier, avec le soutien de Femmes Africa Solidarité et de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, j'ai réuni à Bujumbura plus de 100 femmes de toute la région, y compris les ministres du Genre de la RD Congo, du Rwanda, de l'Ouganda et du Burundi. À la suite de cette réunion, les conséquences tragiques des violences sexuelles seront prises en compte dans les indicateurs que nous développons pour veiller à la mise en oeuvre de l'accord de paix.

Je me sens portée par l'énergie des femmes que j'ai rencontrées à Bujumbura. Je compte sur elles pour exiger de leurs dirigeants qu'ils soient à la hauteur des engagements qu'ils ont pris.

Pour ma part, je continuerai de soutenir les initiatives de femmes. Je me réjouis que la Banque mondiale ait débloqué 150 millions de dollars pour des projets basés sur le genre, en plus du million de dollars déjà alloué à la région. J'invite les donateurs à se montrer encore plus stratégiques dans leur soutien à "l'accord de l'espoir". Il est essentiel de pouvoir démontrer les bénéfices économiques d'une paix durable fondée sur le développement - ce que j'appelle les dividendes de la paix.

Presque six mois après la signature de ­l'accord d'Addis-Abeba, les groupes armés continuent de semer la terreur dans l'est de la RD Congo. C'est inacceptable.

Je continue cependant de garder l'espoir que cette fois-ci, avec le soutien de la société civile et avant tout des femmes, nous allons parvenir à restaurer la paix dans les Grands Lacs.

"Je ne suis pas optimiste, je suis prisonnier de l'espoir", a l'habitude de dire mon ami Desmond Tutu, avec qui je siège au sein des Elders. Les femmes des Grands Lacs entretiennent mon espoir pour la région.

>> Lire aussi : RDC : un numéro vert contre les violences faites aux femmes
_________

Mary robinson, Envoyée spéciale du secrétaire général des nations unies pour les Grands Lacs et membre des Elders.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

RDC : cinq morts après une nouvelle attaque à la machette près de Beni

Le territoire de Beni, région de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) a été une nouvelle fois le théâtre de tueries à l'arme blanche, dans la nuit de jeudi &agra[...]

RDC : enlèvement de trois membres de la Monusco dans le Nord-Kivu

Deux Congolais et un Zimbabwéen, membres de l'unité de la Monusco chargée du déminage et de la neutralisation des munitions non explosées, ont été enlevés jeudi au[...]

Incident frontalier entre le Rwanda et la RDC : qui dit vrai ?

Les autorités du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, ont confirmé jeudi l’"infiltration" depuis dimanche de troupes rwandaises sur le territoire congolais. Mais il ne s'agirait que de[...]

RDC - Angola : ça plane pour Kabila et Dos Santos

Longtemps tendues, les relations entre la RDC et l'Angola connaissent une embellie. La preuve, les vols ont repris jeudi entre les deux pays.[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

RDC : le gouverneur du Nord-Kivu dénonce une incursion rwandaise à 120 km au nord de Goma

Les autorités congolaises ont confirmé mercredi l'incursion de militaires rwandais en RDC, dans le Nord-Kivu, en plein parc des Virunga. La raison de leur présence n'a toutefois pas été[...]

RDC : polémique, loi coloniale et fosses communes

La découverte d'une fosse commune à Maluku suscite l'émoi et un débat sur les modalités d'inhumation des cadavres non réclamés par leur famille. Surprise : c'est une loi[...]

Centrafrique : fin de cavale à Kinshasa pour Vomitiadé, l'ancien ministre du Tourisme

Condamné le 8 avril à deux ans de prison ferme pour viol sur mineure, l'ex-ministre centrafricain du Tourisme, Romaric Vomitiadé, est aujourd'hui en garde à vue à Kinshasa après[...]

RDC - Affaire Chebeya : reprise du procès en appel après deux ans d'interruption

Le procès en appel des assassins présumés du président de l'ONG congolaise la Voix des sans voix (VSV), Floribert Chebeya, et de son chauffeur, Fidèle Bazana, a repris mardi. La Haute Cour de[...]

RDC - José Makila : "On ne peut pas entasser des Congolais comme des rats dans une fosse commune"

Plus de 50 députés de l'opposition ont déposé dimanche une motion de défiance contre Évariste Boshab, vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur. Selon eux, sa[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2744p042.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2744p042.xml0 from 172.16.0.100