Extension Factory Builder
05/08/2013 à 14:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Pendant de longues décennies, le versant incestueux de la relation franco-africaine a eu l´odeur des mallettes en cuir et la couleur des billets qu´elles contenaient. C´était direct, discret, mais à la merci du bavardage intempestif d´intermédiaires frustrés, qu´ils fussent avocats ou simples chauffeurs. Puis est venu le temps des rétrocommissions et des factures fictives, les secondes servant à blanchir les premières : tel homme politique corse admirateur de Napoléon (comme tout le monde en Corse) et son réseau de fieffés margoulins nichés dans les casinos du continent en abusèrent tant et si bien qu´il fallut passer à autre chose. Au tournant du siècle, le flux d´argent venu du Sud prit donc la direction des paradis fiscaux, via une raffinerie complexe de sociétés offshore. On était loin des porteurs de valises de papa qui suaient à grosses gouttes quand il leur fallait passer devant les douaniers, et le système fonctionna à merveille pour le plus grand profit de quelques candidats à l´Élysée, avant que Tracfin, une demi-douzaine de juges et des conventions internationales de plus en plus sévères ne viennent jouer les trouble-fête.

Et pourtant, l´Afrique reste une inépuisable bonne fille pour les politiciens français. En témoigne la mode des conférences rémunérées dans lesquelles se recyclent nombre d´anciens ministres, de droite ou de gauche, et qui ont pour cadre Libreville, Brazzaville, Abidjan, Yaoundé, Dakar, Rabat. Pour 5 000 à 30 000 euros la prestation, billet d´avion et frais d´hôtel en sus, il est loisible de s´offrir Rocard ou Villepin, Raffarin ou Védrine, Copé ou Kouchner, Attali ou Fillon, Allègre ou Madelin. Certes, rien de scandaleux à cela puisqu´on imagine que toutes ces rémunérations - bien modestes au demeurant si on les compare aux factures présentées par un Clinton, un Blair, un Sarkozy ou même un Kofi Annan - sont scrupuleusement déclarées au fisc, mais un simple doute sur le rapport qualité-prix. La production de nos « experts », quand elle est délivrée dans les forums africains, est souvent affligeante d´improvisation et de généralités, sauf quand il s´agit de rendre un hommage appuyé à l´hôte de la soirée.

Gênante, donc, cette intrusion par la petite porte d´un néocolonialisme intellectuel tarifé, surtout quand on sait que les cadres africains de valeur ne manquent pas, capables de disserter avec infiniment plus de sérieux sur des sujets que eux connaissent. Moins gênante cependant que le dernier avatar pour ex-politiciens en quête d´eldorados nauséeux. À Bangui, capitale fantôme d´un État failli, se sont succédé ces dernières semaines Claude Guéant et Jean-Christophe Mitterrand. En attendant, dit-on, Dominique Strauss-Kahn.

« Il n'y a rien de plus propice à la signature des contrats qu'un gouvernement de transition dans un pays à la dérive », confiait, cynique, un homme d'affaires européen très investi dans la région, « le tout est d'avoir de bons avocats qui vous ficellent le paquet afin de vous protéger des retours de bâton ». Fermez le ban.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

CAFF : les femmes aussi jouent au football !

Depuis, le 11 octobre, se déroule à Windhoek, capitale de la Namibie, le Championnat d’Afrique de football féminin (CAFF) qui est aux femmes ce que la Coupe d’Afrique des nations (CAN) est aux[...]

Art contemporain : 1:54, la petite foire qui monte, qui monte...

La deuxième édition de l'unique foire européenne consacrée à l'art contemporain africain se tient à Londres du 15 au 19 octobre. Et fait beaucoup parler d'elle.[...]

Bolloré Africa Logistics : fin de règne pour Dominique Lafont ?

 Dominique Lafont pourrait quitter son poste à la tête de Bolloré Africa Logistics pour "prendre des fonctions élargies et transversales" au sein de la maison mère, le groupe[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers