Extension Factory Builder
05/08/2013 à 14:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Pendant de longues décennies, le versant incestueux de la relation franco-africaine a eu l´odeur des mallettes en cuir et la couleur des billets qu´elles contenaient. C´était direct, discret, mais à la merci du bavardage intempestif d´intermédiaires frustrés, qu´ils fussent avocats ou simples chauffeurs. Puis est venu le temps des rétrocommissions et des factures fictives, les secondes servant à blanchir les premières : tel homme politique corse admirateur de Napoléon (comme tout le monde en Corse) et son réseau de fieffés margoulins nichés dans les casinos du continent en abusèrent tant et si bien qu´il fallut passer à autre chose. Au tournant du siècle, le flux d´argent venu du Sud prit donc la direction des paradis fiscaux, via une raffinerie complexe de sociétés offshore. On était loin des porteurs de valises de papa qui suaient à grosses gouttes quand il leur fallait passer devant les douaniers, et le système fonctionna à merveille pour le plus grand profit de quelques candidats à l´Élysée, avant que Tracfin, une demi-douzaine de juges et des conventions internationales de plus en plus sévères ne viennent jouer les trouble-fête.

Et pourtant, l´Afrique reste une inépuisable bonne fille pour les politiciens français. En témoigne la mode des conférences rémunérées dans lesquelles se recyclent nombre d´anciens ministres, de droite ou de gauche, et qui ont pour cadre Libreville, Brazzaville, Abidjan, Yaoundé, Dakar, Rabat. Pour 5 000 à 30 000 euros la prestation, billet d´avion et frais d´hôtel en sus, il est loisible de s´offrir Rocard ou Villepin, Raffarin ou Védrine, Copé ou Kouchner, Attali ou Fillon, Allègre ou Madelin. Certes, rien de scandaleux à cela puisqu´on imagine que toutes ces rémunérations - bien modestes au demeurant si on les compare aux factures présentées par un Clinton, un Blair, un Sarkozy ou même un Kofi Annan - sont scrupuleusement déclarées au fisc, mais un simple doute sur le rapport qualité-prix. La production de nos « experts », quand elle est délivrée dans les forums africains, est souvent affligeante d´improvisation et de généralités, sauf quand il s´agit de rendre un hommage appuyé à l´hôte de la soirée.

Gênante, donc, cette intrusion par la petite porte d´un néocolonialisme intellectuel tarifé, surtout quand on sait que les cadres africains de valeur ne manquent pas, capables de disserter avec infiniment plus de sérieux sur des sujets que eux connaissent. Moins gênante cependant que le dernier avatar pour ex-politiciens en quête d´eldorados nauséeux. À Bangui, capitale fantôme d´un État failli, se sont succédé ces dernières semaines Claude Guéant et Jean-Christophe Mitterrand. En attendant, dit-on, Dominique Strauss-Kahn.

« Il n'y a rien de plus propice à la signature des contrats qu'un gouvernement de transition dans un pays à la dérive », confiait, cynique, un homme d'affaires européen très investi dans la région, « le tout est d'avoir de bons avocats qui vous ficellent le paquet afin de vous protéger des retours de bâton ». Fermez le ban.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Afrique : la démocratie sans le peuple

Afrique : la démocratie sans le peuple

Mohamed Mbougar Sarr est un écrivain sénégalais, lauréat du Prix Ahmadou Kourouma 2015 du Salon du livre de Genève pour "Terre ceinte".[...]

Pape Diouf : "C'est le système Fifa qu'il faut casser"

L’intense actualité autour de la FIFA depuis mercredi 27 mai, alors que l’instance organise son Congrès à Zurich pour son élection présidentielle, n’a pas surpris Pape Diouf,[...]

Ces humoristes africaines qui brûlent les planches parisiennes

Vent de révolution sur les planches parisiennes ? Tout porte à croire qu’en matière de stand-up, les femmes de la diaspora africaine prennent le pouvoir. Claudia Tagbo, Tatiana Rojo, Selavie Newway et[...]

France : Annick Girardin ou la difficulté d'exister

"Qui est ministre de la Coopération aujourd'hui ?" La vacherie vient de l'ancien ambassadeur de France à Dakar, Jean-Christophe Rufin, qui dénonçait, le 26 avril, l'absence de politique[...]

Corruption à la Fifa : Blatter soutenu par la CAF, Platini demande sa démission

La Confédération africaine de football (CAF) a maintenu jeudi son soutien à Sepp Blatter, qui brigue un cinquième mandat à la présidence de la Fifa. Mais de nombreuses[...]

Élection à la présidence de la BAD : les candidats du Cap-Vert, du Nigeria et du Tchad dans le trio final

Après cinq tours de vote, Akinwumi Adesina, le candidat nigérian, reste en tête. Le Tchadien Bédoumra Kordjé s'est emparé du deuxième rang, devant la Capverdienne Crisitina Duarte.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Élection du président de la BAD : Akinwumi Adesina, le candidat nigérian, en tête au premier tour

Le Nigérian Akinwumi Adesina a obtenu près de 26% des voix, devançant la Cap-Verdienne Cristina Duarte, qui décroche 24,5% des voix grâce au soutien massif des électeurs non-continentaux.[...]

Ecobank face à son avenir

Un peu plus d'un an après la crise qui l'a ébranlé, le groupe panafricain renoue avec les performances. Mais il doit encore régler plusieurs problèmes pour se développer[...]

Akinwumi Adesina : "Je suis un maillon essentiel entre anglophones et francophones"

Cet agroéconomiste pragmatique a été élu, jeudi 28 mai, nouveau président de la Banque africaine de développement (BAD), succédant ainsi au Rwandais Donald Kaberuka. Voici[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers