Extension Factory Builder
05/08/2013 à 14:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Pendant de longues décennies, le versant incestueux de la relation franco-africaine a eu l´odeur des mallettes en cuir et la couleur des billets qu´elles contenaient. C´était direct, discret, mais à la merci du bavardage intempestif d´intermédiaires frustrés, qu´ils fussent avocats ou simples chauffeurs. Puis est venu le temps des rétrocommissions et des factures fictives, les secondes servant à blanchir les premières : tel homme politique corse admirateur de Napoléon (comme tout le monde en Corse) et son réseau de fieffés margoulins nichés dans les casinos du continent en abusèrent tant et si bien qu´il fallut passer à autre chose. Au tournant du siècle, le flux d´argent venu du Sud prit donc la direction des paradis fiscaux, via une raffinerie complexe de sociétés offshore. On était loin des porteurs de valises de papa qui suaient à grosses gouttes quand il leur fallait passer devant les douaniers, et le système fonctionna à merveille pour le plus grand profit de quelques candidats à l´Élysée, avant que Tracfin, une demi-douzaine de juges et des conventions internationales de plus en plus sévères ne viennent jouer les trouble-fête.

Et pourtant, l´Afrique reste une inépuisable bonne fille pour les politiciens français. En témoigne la mode des conférences rémunérées dans lesquelles se recyclent nombre d´anciens ministres, de droite ou de gauche, et qui ont pour cadre Libreville, Brazzaville, Abidjan, Yaoundé, Dakar, Rabat. Pour 5 000 à 30 000 euros la prestation, billet d´avion et frais d´hôtel en sus, il est loisible de s´offrir Rocard ou Villepin, Raffarin ou Védrine, Copé ou Kouchner, Attali ou Fillon, Allègre ou Madelin. Certes, rien de scandaleux à cela puisqu´on imagine que toutes ces rémunérations - bien modestes au demeurant si on les compare aux factures présentées par un Clinton, un Blair, un Sarkozy ou même un Kofi Annan - sont scrupuleusement déclarées au fisc, mais un simple doute sur le rapport qualité-prix. La production de nos « experts », quand elle est délivrée dans les forums africains, est souvent affligeante d´improvisation et de généralités, sauf quand il s´agit de rendre un hommage appuyé à l´hôte de la soirée.

Gênante, donc, cette intrusion par la petite porte d´un néocolonialisme intellectuel tarifé, surtout quand on sait que les cadres africains de valeur ne manquent pas, capables de disserter avec infiniment plus de sérieux sur des sujets que eux connaissent. Moins gênante cependant que le dernier avatar pour ex-politiciens en quête d´eldorados nauséeux. À Bangui, capitale fantôme d´un État failli, se sont succédé ces dernières semaines Claude Guéant et Jean-Christophe Mitterrand. En attendant, dit-on, Dominique Strauss-Kahn.

« Il n'y a rien de plus propice à la signature des contrats qu'un gouvernement de transition dans un pays à la dérive », confiait, cynique, un homme d'affaires européen très investi dans la région, « le tout est d'avoir de bons avocats qui vous ficellent le paquet afin de vous protéger des retours de bâton ». Fermez le ban.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Immunité routière pour diplomates africains à New-York ?

Immunité routière pour diplomates africains à New-York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New-York.[...]

Inde : quand la foule passe à tabac des étudiants africains dans le métro

Trois étudiants africains ont été violemment pris à partie, dimanche 28 septembre, par une foule d’Indiens dans le metro de New Delhi. La scène, filmée par des passants, a fait le[...]

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers