Extension Factory Builder
07/08/2013 à 11:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Après « le mariage pour tous », pourquoi pas « l´athéisme pour tous » ? C´est ce que suggérerait l´intitulé de la dernière-née des associations des musulmans de l´Hexagone. Pardon, des « ex-musulmans », puisque ce collectif se fait appeler Ex-Musulmans athées de France. De mon point de vue, une telle initiative a le mérite d´exister pour plusieurs raisons. Elle dénonce le fait que l´athéisme soit considéré en terre d´islam comme un crime et que la liberté de conscience y reste bannie. Elle remet en question le postulat selon lequel toute personne née d´un père musulman est musulmane d´office et ne peut s´affranchir de cette foi ni se convertir à une autre religion. Elle dépasse la peur de parler en dehors de la religion et de réfléchir contre elle.

Toutefois, l´association a tort sur plusieurs points. Son intitulé, d´abord. Pourquoi « ex-musulmans » ? On peut rompre avec la foi islamique sans cesser d´être musulman par l´histoire et la culture. Confondre croyance et identité culturelle, réduire les musulmans à leur religion, c´est faire le jeu des islamistes. Et pourquoi « athées de France », alors que l´athéisme est un droit en République et une philosophie admise et reconnue ? Il aurait été plus cohérent de préciser que le combat est à mener dans les pays musulmans en particulier. En formulant officiellement une revendication qui a trait au rapport intime à la foi, le collectif fait passer la religion du domaine du privé à l´espace de la cité. Et, là encore, il risque d´abonder dans le sens des religieux. Enfin, proclamer ostensiblement la sortie de l´islam peut laisser entendre qu´il s´agit non seulement de rompre avec cette religion, mais aussi d´en faire un ennemi et de flirter avec l´islamophobie.

Voilà mon sentiment personnel. Pour ce qui est des réactions qui ont accueilli l´association dans les médias et sur le Net, elles ont été nombreuses et contrastées, on s´en doute. Il y a eu les félicitations des amoureux de la liberté de penser. Les bravos saluant le courage des premiers musulmans de l´Histoire à se fâcher avec Allah sans avoir un verre dans le nez, ni la raison qui chavire. Les craintes des sympathisants pour la vie de ces héros rebelles : « Est-ce que leurs parents sont au courant ? », comme si ces derniers s´apprêtaient à se faire hara-kiri ou à afficher leur homosexualité (sic). À l´opposé, les critiques ont vu en ces militants des apostats, bien sûr, des mécréants, des frustrés, des fanatiques, des agents d´Israël, des suppôts de l´Occident... La théorie du complot, quoi ! Les sceptiques, quant à eux, ont dit déceler dans cette entreprise un mélange de courage et de désinvolture, d´honnêteté et de provocation, d´esprit de liberté et de tentation du pugilat. Enfin, il y a les ex-frères de ces athées, adeptes d´un islam tolérant qui, au lieu de leur jeter la pierre, ont choisi de prier pour qu´Allah remette ces brebis égarées dans le droit chemin et fasse qu´ils réintègrent un jour le giron de la communauté au sein d´une Association des ex-athées musulmans.

>> Lire aussi : Tunisie, mauvaise foi

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers