Extension Factory Builder
15/07/2013 à 10:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Commentaire lapidaire à propos de l'Égypte d'un collègue journaliste qui ne porte guère - doux euphémisme ! - les islamistes dans son coeur : « Oui, c'est un coup d'État et c'est très bien ainsi. Morsi a mis son pays en faillite et s'est comporté comme un dictateur. Je suis contre tous les régimes islamistes, démocratiquement élus ou pas. D'ailleurs, accoler les termes de démocratie et d'islamiste, c'est en soi une hérésie [sic] ! » Adeptes d'une vision du monde illustrée en son temps par un George W. Bush, pour ne citer que lui, les disciples de Mani ont la vie dure. Voici que s'ouvre le procès des Frères musulmans, ces horribles barbus déambulant le sabre entre les dents. Ils font si peur que certains n'hésitent pas à se jeter dans les bras supposés accueillants de militaires dont la réputation d'intégrité et de générosité n'est, comme l'on sait, plus à faire ! Ils ont la mémoire décidément bien courte.

Entendons-nous bien : je n'ai pas - vraiment pas - le profil d'un intégriste. Je ne partage pas leurs idéaux et condamne leurs pratiques. De même, je désapprouve l'existence de partis religieux en Iran, en Tunisie, en Israël ou ailleurs. Je crois à un État qui se préoccupe des citoyens et non des croyants. Et comme tout le monde, je constate que l'islamisme politique est partout un piteux échec. Mais un peu de pragmatisme n'a jamais fait de mal à personne. Ces gens-là sont incompétents et dangereux ? Soit, mais ils ne sont pas condamnés à le rester et pèsent d'un poids certain sur nos sociétés. Enfin, leurs électeurs n'ont pas disparu comme par enchantement. Alors, que faire ? Les vouer aux gémonies, les jeter en prison, les exclure du jeu politique ad vitam æternam ? Croit-on ainsi régler le problème ? Au contraire, le mal ne fera qu'empirer.

Au Caire comme à Tunis, il existe une autre solution pour apprivoiser cette démocratie qui a un peu trop tendance à jouer les savonnettes, pour mettre fin à l'incertitude, pour assurer la stabilité et le développement. Elle consiste à mettre provisoirement entre parenthèses controverses électorales et débats idéologiques. Et à installer des gouvernements d'union nationale ou de salut public rassemblant tous les partis, islamistes compris, mais aussi des représentants de la société civile. Objectif : s'attaquer aux vrais problèmes, ceux qui nourrissent les crises auxquelles nous assistons. Parmi ces derniers, on peut citer l'insécurité, l'emploi, la relance de l'économie et de l'investissement, la réforme de l'État, la décentralisation, la réduction des inégalités, le sauvetage du système éducatif... Peut-être faudrait-il aussi renoncer, pendant un temps, à tenir des élections qui se résument trop souvent à une guerre sans merci pour le pouvoir, que les uns s'empressent de confisquer et que les autres tentent de reconquérir par tous les moyens, fussent-ils les plus inacceptables. Rivalités stériles, médiocrités de toute nature, blocages institutionnels... Il faut à tout prix sortir de cette impasse.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Sommet arabe : les chefs d'État planchent sur une force jointe

Les chefs d'État arabes ont clamé samedi à l'ouverture de leur sommet annuel en Égypte leur intention de créer une force unie pour combattre les "groupes terroristes",[...]

Égypte : sommet arabe focalisé sur la création d'une force militaire et le Yémen

La création d'une force multinationale va dominer le sommet des chefs d'Etat de la Ligue arabe qui s'est ouvert samedi en Egypte, au moment où l'intervention militaire d'une coalition arabe au Yémen contre[...]

Mauritanie : le président Aziz appelle à l'arrêt d'une grève dans une mine de fer

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé les travailleurs de la principale mine de fer de son pays, en grève depuis deux mois pour des augmentations de salaires, à "reprendre le[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

Israël : Bibi repetita

Déjouant tous les pronostics, Benyamin Netanyahou est sorti vainqueur des législatives anticipées du 17 mars, accentuant même l'emprise de son parti, le Likoud.[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2740p006.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2740p006.xml0 from 172.16.0.100