Extension Factory Builder
15/07/2013 à 10:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Commentaire lapidaire à propos de l'Égypte d'un collègue journaliste qui ne porte guère - doux euphémisme ! - les islamistes dans son coeur : « Oui, c'est un coup d'État et c'est très bien ainsi. Morsi a mis son pays en faillite et s'est comporté comme un dictateur. Je suis contre tous les régimes islamistes, démocratiquement élus ou pas. D'ailleurs, accoler les termes de démocratie et d'islamiste, c'est en soi une hérésie [sic] ! » Adeptes d'une vision du monde illustrée en son temps par un George W. Bush, pour ne citer que lui, les disciples de Mani ont la vie dure. Voici que s'ouvre le procès des Frères musulmans, ces horribles barbus déambulant le sabre entre les dents. Ils font si peur que certains n'hésitent pas à se jeter dans les bras supposés accueillants de militaires dont la réputation d'intégrité et de générosité n'est, comme l'on sait, plus à faire ! Ils ont la mémoire décidément bien courte.

Entendons-nous bien : je n'ai pas - vraiment pas - le profil d'un intégriste. Je ne partage pas leurs idéaux et condamne leurs pratiques. De même, je désapprouve l'existence de partis religieux en Iran, en Tunisie, en Israël ou ailleurs. Je crois à un État qui se préoccupe des citoyens et non des croyants. Et comme tout le monde, je constate que l'islamisme politique est partout un piteux échec. Mais un peu de pragmatisme n'a jamais fait de mal à personne. Ces gens-là sont incompétents et dangereux ? Soit, mais ils ne sont pas condamnés à le rester et pèsent d'un poids certain sur nos sociétés. Enfin, leurs électeurs n'ont pas disparu comme par enchantement. Alors, que faire ? Les vouer aux gémonies, les jeter en prison, les exclure du jeu politique ad vitam æternam ? Croit-on ainsi régler le problème ? Au contraire, le mal ne fera qu'empirer.

Au Caire comme à Tunis, il existe une autre solution pour apprivoiser cette démocratie qui a un peu trop tendance à jouer les savonnettes, pour mettre fin à l'incertitude, pour assurer la stabilité et le développement. Elle consiste à mettre provisoirement entre parenthèses controverses électorales et débats idéologiques. Et à installer des gouvernements d'union nationale ou de salut public rassemblant tous les partis, islamistes compris, mais aussi des représentants de la société civile. Objectif : s'attaquer aux vrais problèmes, ceux qui nourrissent les crises auxquelles nous assistons. Parmi ces derniers, on peut citer l'insécurité, l'emploi, la relance de l'économie et de l'investissement, la réforme de l'État, la décentralisation, la réduction des inégalités, le sauvetage du système éducatif... Peut-être faudrait-il aussi renoncer, pendant un temps, à tenir des élections qui se résument trop souvent à une guerre sans merci pour le pouvoir, que les uns s'empressent de confisquer et que les autres tentent de reconquérir par tous les moyens, fussent-ils les plus inacceptables. Rivalités stériles, médiocrités de toute nature, blocages institutionnels... Il faut à tout prix sortir de cette impasse.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki [...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Sexe, amour et Ebola : ce que les Africains ont recherché en 2014 sur Google

L'année 2014 touchant à son terme, le moteur de recherche Google a publié ses statistiques concernant les requêtes des utilisateurs durant les douze derniers mois. L'occasion de dresser le portrait type[...]

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du[...]

Rétro : 2014 vue par Damien Glez et Jeune Afrique

Marquée par ses drames et par ses joies, l’année qui s’achève n'aura pas été de tout repos pour le continent. Épidémie d'Ebola, crises en Centrafrique et au Nigeria,[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Documentaire : "Eau argentée", contre la guerre

Le documentaire "Eau argentée" de Ossama Mohammed et Simav, sorti en salles le 17 décembre à Paris, est un bouleversant témoignage sur le conflit syrien et un âpre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers