Extension Factory Builder
13/07/2013 à 11:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La barbe et la plume Si vous lisez l'arabe, je vous conseille un petit bijou de livre intitulé L'art est illicite. Son auteur, Ayman al-Hakim, y retrace la chronique de la « guerre » qui oppose depuis plus de un siècle les salafistes aux artistes. En 1926 déjà, l'acteur égyptien Youssef Wahbi s'est vu contraint par Al-Azhar, une institution aux rôles multiples (elle est mosquée, université et instance de fatwa), de décliner l'offre d'une société de cinéma européenne qui lui proposait le rôle du Prophète. Quelques années plus tard, ce fut au tour de l'Étoile de l'Orient, Oum Kalsoum, d'être la cible d'un certain cheikh Al-Joundi, qui jugea toutes ses chansons illicites au regard du droit musulman. Ce théologien obtus récidiva contre sa compatriote Chadia en dénonçant les paroles d'une de ses compositions : « La Lune a disparu, mon aimé, il faut que tu me raccompagnes. » « Mais où donc peut se trouver une femme à cette heure tardive de la nuit ? » allégua-t-il. En 1989, le grand Abdelwaheb, déjà suspecté de vouloir mettre en musique le Coran, est poursuivi pour l'un de ses tubes qui commence par cette phrase : « Nous venons dans ce bas monde sans savoir pourquoi ni vers où nous allons. » Athéisme, mon gars !

En 1996, c'est le chanteur libanais Marcel Khalife qui a maille à partir avec les tribunaux de son pays pour avoir chanté un poème du Palestinien Mahmoud Darwich se mettant dans la peau du prophète Joseph. La chanteuse tunisienne Dhikra Mohamed, morte assassinée au Caire en 2003, fut l'objet d'une fatwa émanant d'Arabie saoudite pour avoir répondu à un journaliste qui la questionnait sur les raisons de son exil en Égypte : « J'ai pris exemple sur le Prophète, qui s'était exilé lui aussi. » Atteinte au sacré, Madame ! La même accusation sera lancée par des députés jordaniens contre Najwa Karam, une rumeur prétendant que la vedette libanaise avait baptisé son chien du nom du prophète Mohammed.

D'autres artistes subiront hargne et appels au meurtre, tels que le cinéaste Youssef Chahine pour son film L'Émigré, interdit en Égypte à la suite de la plainte d'un avocat islamiste, ou le poète yéménite Ali al-Maqarri, que les islamistes exigent de faire fouetter pour avoir interpellé son aimée en ces termes : « J'ai besoin de toi / Pas seulement d'un baiser ou d'une étreinte / Mais de te déshabiller entièrement. » Pornographie, bien sûr !

Et cette liste des procès abracadabrants intentés par les religieux aux artistes n'est pas exhaustive. On peut toutefois en tirer deux conclusions : 1 - Si ce genre de fatwas se multiplie - et tout le laisse présager -, les trois quarts du patrimoine artistique arabo-musulman seront en péril. 2 - Si les salafistes persistent dans leur haine de l'art, ils finiront par faire croire que l'islam est une religion de la mort, là où les anciens musulmans ont su en faire un hymne à la vie. Qu'ils relisent donc ce prêche du XIXe siècle, édicté par un cheikh d'Al-Azhar, lorsque cette institution n'était pas la machine à censure qu'elle est devenue : « Celui qui n'est pas ému par les beaux vers, joliment chantés sur les plages, à l'ombre des feuillages, n'est qu'un âne patenté ! » L'art est illicite, d'Ayman al-Hakim, Dar Kitabat, 2012, 194 pages

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Deux footballeurs s'affrontent sur Twitter à propos de l'intervention israélienne à Gaza

Deux footballeurs s'affrontent sur Twitter à propos de l'intervention israélienne à Gaza

Les polémiques autour du conflit israélo-palestinien n'épargnent pas le monde du football. Les deux anciens coéquipiers en Angleterre, Joey Barton et Yossi Benayoun, se sont répondus par tweets i[...]

Benjamin Stora : "La promesse de réouverture des synagogues algériennes est très importante"

L’historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora réagit à la promesse de réouverture des synagogues algériennes faite par le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa,[...]

Gaza : jour de colère en Cisjordanie, 5 Palestiniens tués

Le dernier vendredi de Ramadan a été marqué par la mort de cinq Palestiniens en Cisjordanie, près d'Hébron (Sud) et à Naplouse (Nord).[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Gaza : 15 Palestiniens tués dans le bombardement d'une école de l'ONU par Israël

Le bombardement par Tsahal d'une école gérée par l'ONU à Beit Hanoun, jeudi, a fait au moins 15 morts et 200 blessés, dont de nombreux enfants. On compte désormais 804 Palestiniens[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Air Algérie : cinq questions sur le crash du vol AH5017

Le DC9 du vol Ouaga-Alger AH5017, affrété par la compagnie Air Algérie, a été retrouvé jeudi après son crash, la nuit précédente, dans la zone de Gossi, au nord du[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

"Menace existentielle"

Ici même, la semaine dernière, j'ai soutenu que, malgré les apparences, notre monde était plus pacifique qu'il ne l'a jamais été. Sauf ce malheureux Moyen-Orient, terre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers