Extension Factory Builder
13/07/2013 à 11:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La barbe et la plume Si vous lisez l'arabe, je vous conseille un petit bijou de livre intitulé L'art est illicite. Son auteur, Ayman al-Hakim, y retrace la chronique de la « guerre » qui oppose depuis plus de un siècle les salafistes aux artistes. En 1926 déjà, l'acteur égyptien Youssef Wahbi s'est vu contraint par Al-Azhar, une institution aux rôles multiples (elle est mosquée, université et instance de fatwa), de décliner l'offre d'une société de cinéma européenne qui lui proposait le rôle du Prophète. Quelques années plus tard, ce fut au tour de l'Étoile de l'Orient, Oum Kalsoum, d'être la cible d'un certain cheikh Al-Joundi, qui jugea toutes ses chansons illicites au regard du droit musulman. Ce théologien obtus récidiva contre sa compatriote Chadia en dénonçant les paroles d'une de ses compositions : « La Lune a disparu, mon aimé, il faut que tu me raccompagnes. » « Mais où donc peut se trouver une femme à cette heure tardive de la nuit ? » allégua-t-il. En 1989, le grand Abdelwaheb, déjà suspecté de vouloir mettre en musique le Coran, est poursuivi pour l'un de ses tubes qui commence par cette phrase : « Nous venons dans ce bas monde sans savoir pourquoi ni vers où nous allons. » Athéisme, mon gars !

En 1996, c'est le chanteur libanais Marcel Khalife qui a maille à partir avec les tribunaux de son pays pour avoir chanté un poème du Palestinien Mahmoud Darwich se mettant dans la peau du prophète Joseph. La chanteuse tunisienne Dhikra Mohamed, morte assassinée au Caire en 2003, fut l'objet d'une fatwa émanant d'Arabie saoudite pour avoir répondu à un journaliste qui la questionnait sur les raisons de son exil en Égypte : « J'ai pris exemple sur le Prophète, qui s'était exilé lui aussi. » Atteinte au sacré, Madame ! La même accusation sera lancée par des députés jordaniens contre Najwa Karam, une rumeur prétendant que la vedette libanaise avait baptisé son chien du nom du prophète Mohammed.

D'autres artistes subiront hargne et appels au meurtre, tels que le cinéaste Youssef Chahine pour son film L'Émigré, interdit en Égypte à la suite de la plainte d'un avocat islamiste, ou le poète yéménite Ali al-Maqarri, que les islamistes exigent de faire fouetter pour avoir interpellé son aimée en ces termes : « J'ai besoin de toi / Pas seulement d'un baiser ou d'une étreinte / Mais de te déshabiller entièrement. » Pornographie, bien sûr !

Et cette liste des procès abracadabrants intentés par les religieux aux artistes n'est pas exhaustive. On peut toutefois en tirer deux conclusions : 1 - Si ce genre de fatwas se multiplie - et tout le laisse présager -, les trois quarts du patrimoine artistique arabo-musulman seront en péril. 2 - Si les salafistes persistent dans leur haine de l'art, ils finiront par faire croire que l'islam est une religion de la mort, là où les anciens musulmans ont su en faire un hymne à la vie. Qu'ils relisent donc ce prêche du XIXe siècle, édicté par un cheikh d'Al-Azhar, lorsque cette institution n'était pas la machine à censure qu'elle est devenue : « Celui qui n'est pas ému par les beaux vers, joliment chantés sur les plages, à l'ombre des feuillages, n'est qu'un âne patenté ! » L'art est illicite, d'Ayman al-Hakim, Dar Kitabat, 2012, 194 pages

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du céda[...]

Rétro : 2014 vue par Damien Glez et Jeune Afrique

Marquée par ses drames et par ses joies, l’année qui s’achève n'aura pas été de tout repos pour le continent. Épidémie d'Ebola, crises en Centrafrique et au Nigeria,[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Documentaire : "Eau argentée", contre la guerre

Le documentaire "Eau argentée" de Ossama Mohammed et Simav, sorti en salles le 17 décembre à Paris, est un bouleversant témoignage sur le conflit syrien et un âpre[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Sondage : votez pour le footballeur africain de l'année 2014 !

Coupe du monde, éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015, championnats, ligues des champions... L'année footballistique a été riche en rebondissements et les joueurs ont été[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers